Gestion du Nil: L'Egypte et l'Ethiopie veulent éviter un conflit.

Le fleuve Nil poumon de l'économie égyptienne Copyright de l’image Getty Images
Image caption Le fleuve Nil

C'est la principale information qui sanctionne la visite du Premier ministre éthiopien au Caire après une période de tension consécutive à l'épineux dossier de construction d'un barrage hydroélectrique éthiopien sur le Nil.

La rencontre entre le Président Abdel Fatah Al-Sissi et le Premier ministre Haile Mariam Dessalegn a permis aux deux pays d'arrondir les angles sur la question.

Les deux hommes ont exprimé leur volonté d'éviter un conflit autour du barrage éthiopien sur le Nil, qui sera la plus grande centrale hydroélectrique du continent.

En effet, les égyptiens craignent que la construction du gigantesque barrage de la renaissance sur le Nil Bleu n'entraine une réduction du débit du fleuve. Un fleuve dont l'Egypte dépend a 90% pour son approvisionnement.Le Président Sissi a qualifié la visite de son hôte d'un signe clair et de leur volonté à surmonter tous les obstacles.

Cette déclaration intervient alors que le Caire, Khartoum et Addis Abeba ne sont pas parvenus à se mettre d'accord sur les conclusions d'un rapport technique remis en mai dernier par deux cabinets d'expertise français sur les impacts sociaux et environnementaux de ce barrage sur le Soudan et l'Egypte).

Sur le même sujet

Lire plus