Mali : les déplacés du nord se confient

Le chauffeur de taxi Mohamed a perdu son boulot quand Tombouctou a été prise par les islamistes. Copyright de l’image Getty Images
Image caption Le chauffeur de taxi Mohamed a perdu son boulot quand Tombouctou a été prise par les islamistes.

C'est la révélation faite par la dernière enquête Afrobaromètre sur la situation dans le pays.

Cette enquête a été effectuée auprès de 1200 adultes de nationalité malienne.

Elle révèle que ''plus de la moitié des ménages du Nord ont vu leurs boutiques détruites ou fermées.''

''Depuis que je suis arrivé ici, j'ai l'esprit tranquille parce que je suis sorti du calvaire. Ce que j'ai vu et entendu là-bas m'a vraiment effrayé'', soutient un déplacé du nord qui tente de refaire sa vie à Bamako, la capitale.

L'enquête d'Afrobaromètre a également indiqué que plus de deux tiers des ménages de Tombouctou et Kidal ont connu des intimidations et des menaces.

Lire aussi :

L'étude estime que 9 Maliens sur 10 jugent très utiles les forces armées maliennes pour le recouvrement de l'intégrité territoriale et de l'unité nationale.

Mais elle précise que 2 tiers d'entre ceux-ci pensent que les forces de sécurité ne reçoivent pas toujours la formation et le matériel nécessaires pour être efficaces.

''Je suis très inquiet parce qu'on avait cru que l'ennemi était vaincu, mais l'attaque de l'autre jour prouve que l'ennemi a encore de la ressource pour faire mal'', fait remarquer un citoyen.

Sur le même sujet