L'ANC planche sur le sort de Zuma

Copyright de l’image Reuters
Image caption Jacob Zuma aurait rejeté dimanche les appels de leaders de l'ANC pour sa démission de la présidence sud-africaine.

Des manifestations rivales se tiennent à Johannesburg ce lundi, à l'initiative des partisans et des adversaires de Jacob Zuma au sein de l'ANC.

Ces manifestations ont lieu en prélude à une réunion de son parti, qui pourrait être consacrée au sort de Jacob Zuma à la présidence du pays.

Des hauts responsables du parti au pouvoir prendront part à cette réunion d'urgence à 14 heures GMT.

Ils pourraient tenter de trancher la question du départ anticipé du très controversé président.

Le second mandat de Jacob Zuma, au pouvoir depuis 2009, n'expire qu'en 2019. Mais la pression n'a jamais été aussi forte pour qu'il l'abrège, tant dans l'opposition que dans son parti.

Une forte pression

Lors d'une rencontre tenue dimanche par les responsables de son parti, le président sud-africain aurait défié six d'entre eux qui réclamaient son départ, en refusant de démissionner de la direction du pays, selon plusieurs médias locaux.

Aucun détail de la réunion de dimanche n'a été publié par l'ANC.

Ceux qui réclament son départ veulent qu'il cède sa place à Cyril Ramaphosa, le nouveau chef du parti.

Ils redoutent une débâcle aux élections générales de 2019, si le président Zuma restait au pouvoir.

Le président sud-africain résiste depuis plusieurs années à une forte pression pour sa démission, y compris au sein de son parti, l'ANC.

Il a été débarqué de la direction de l'ANC en décembre et remplacé par Cyril Ramaphosa, qui a été élu sous le signe de la lutte contre la corruption.

Des partis d'opposition ont déposé une motion de défiance à l'encontre de M. Zuma, qui doit être entendu par le parlement, le 22 février.

La popularité de l'ANC est en baisse. L'économie sud-africaine est en perte de vitesse, et Zacob Zuma est l'objet de nombreuses accusations de corruption qu'il a rejetées.

Sur le même sujet