Liberia : les effets d'Ebola plus meurtriers que le virus ?

Centre de traitement d'Ebola au Libéria Copyright de l’image Getty Images
Image caption Centre de traitement d'Ebola au Liberia

Selon les chercheurs de l'Université de Washington, les effets d'Ebola sur le système de santé ont probablement fait plus de morts que le virus.

Le Liberia a été le pays le plus touché par l'épidémie de 2014-2016, où elle a fait 4.800 morts.

L'étude menée par des chercheurs de l'Université de Washington indique que 67 % des soins de base n'ont plus été dispensés pendant l'épidémie et la période qui l'a immédiatement suivie.

Leur conclusion est que les effets d'Ebola sur le système de santé du Liberia, déjà fragile avant l'épidémie, ont probablement fait plus de morts que le virus lui-même.

Selon les chercheurs, les effets dévastateurs ont été surtout notés chez les femmes enceintes et les malades atteints de paludisme.

L'un des effets les plus pernicieux de l'épidémie a été l'infection de près de 300 membres des personnels de santé, limitant encore l'accès des malades aux soins.

L'épidémie d'Ebola, un virus extrêmement contagieux et très souvent mortel, avait fait plus de 11.000 morts au total au Liberia, en Guinée et en Sierra Leone, les trois pays qui ont été les plus touchés.