Fin de la mission de l'ONU au Liberia

Ellen Johnson Sirleaf, la première femme à diriger un pays africain été remplacé par George Weah Copyright de l’image ONU
Image caption Ellen Johnson Sirleaf, la première femme à diriger un pays africain été remplacé par George Weah

Après 15 ans de présence au cours de laquelle le Liberia est passé de la guerre à la paix, seize mille hommes de plus de dix pays vont se retirer vendredi.

Ils mettent ainsi fin à la mission des Nations unies au Liberia.

Ils avaient eu pour objectif essentiel de démobiliser et de réinsérer des dizaines de milliers de jeunes combattants.

Le pays a, en effet, connu une guerre civile entre 1989 et 2003.

Un conflit qui a entrainé la mort d'environ 250 000 personnes et provoqué l'exil du tiers de la population libérienne.

Libéria, le pays où la nationalité dépend de la couleur de la peau

Liberia : les effets d'Ebola plus meurtriers que le virus ?

Sirleaf remporte le prix Mo Ibrahim

Selon certains rapports publiés par des organisations de défense des droits de l'homme, 80% des femmes et enfants du Liberia ont subi des violences sexuelles durant cette guerre.

Et depuis la fin du conflit, le pays a organisé avec succès trois élections présidentielles dont deux comptent parmi les plus marquantes sur le continent.

L'une d'elle a conduit au pouvoir, Ellen Johnson Sirleaf, la première femme à diriger un pays africain.

Elle a récemment passé le témoin à George Weah, un ancien joueur de football.

Une première également en Afrique.