L'Afrique du Sud rend hommage à "Mama Winnie"
Media playback is unsupported on your device

L'Afrique du Sud rend hommage à "Mama Winnie"

En Afrique du Sud, quelques centaines de personnes se sont spontanément rassemblées lundi soir devant la maison de Winnie Mandela à Soweto, pour lui rendre hommage avant son enterrement le 14 avril 2018.

Le président sud-africain Cyril Ramaphosa est arrivé dans la soirée et s'est adressé au pays depuis le portail de la maison.

Un cortège de hauts responsables du pays et de l'ANC ont défilé toute la soirée pour venir saluer la famille de "Mama Winnie", une figure historique de ce quartier de Johannesburg au cœur de la lutte contre l'apartheid.

Peu de larmes, des danses et surtout des chants.

Winnie Mandela est décédée

Dès que la nouvelle de sa mort a été confirmée quelques centaines de militants, de voisins et d'anonyme ont afflué devant la demeure de Winnie Mandela à Soweto.

Dans cette rue mal éclairée du township historique de Johannesburg, les habitants ont souhaité rendre un dernier hommage à la mère de la nation.

Dans le quartier, les voisins de Winnie Mandela ont été choqué d'apprendre sa mort.

Malgré son age avancé et la maladie, elle est récemment apparue en public pour s'inscrire sur la liste électorale.

Une voisine, Elsi Tsikowi, se rappelle d'une femme très accessible, très proche de la communauté.

Arborant la tenue de l'ANC, les militants ont tenu à célébrer Winnie Mandela, comme une figure essentielle de la lutte contre le régime de l'apartheid.

Bien loin des controverses que personne n'évoque, on se souvient ici de son courage, de sa fierté, et de son intrépidité.

Winnie Mandela hospitalisée

Copyright de l’image AFP
Image caption Le couple Winnie et Nelson Mandela

Comme pour la mort de Nelson Mandela, en 2013, la tristesse a vite été remplacée par les célébrations de l'icône, surtout chez les membres de la ligue des femmes de l'ANC, dont elle a été la présidente jusqu'en 2005.

"Elle nous a beaucoup appris. C'est l'une des femmes les plus fortes que je connaisse. Dans les années 1980, c'était la seule combattante que nous connaissions, avant que les autres ne reviennent d'exil. Elle était proche de tout le monde ici. Lorsqu'on était arrétés, c'était elle qui venait au poste de police pour nous libérer. C'est une grande perte, surtout pour les gens de Soweto", soutient Victor Molefe, militant de l'ANC.

Le président Ramaphosa a annoncé des funérailles nationales pour le 14 avril.

D'ici là, la dernière demeure de "Mama Winnie" à Soweto devrait voir défiler nombre de nostalgiques et de curieux.

Adrien Barbier

Johannesburg

BBC Afrique

Sur le même sujet