Bolloré inculpé pour "soupçons de corruption"

L'homme d'affaires français, inculpé après 24 heures de garde à vue pour « corruption d'agents publics étrangers » au Togo et en Guinée.

Copyright de l’image AFP
Image caption Vincent Bolloré doit répondre des faits présumés de "corruption d'agent étranger et de "trafic d'influence".

Le groupe Bolloré avait obtenu la gestion du port de Conakry suite à une intervention du gouvernement guinéen en 2011, alors qu'une filiale de Necotrans gérait le terminal à conteneurs depuis 2008.

Bolloré avait été condamné en 2013 à verser plus de 2 millions d'euros à Necotrans.

Le risque judiciaire pour les dirigeants du groupe est à prendre au sérieux, avec des qualifications pénales potentiellement lourdes : abus de bien social et trafic d'influence.

"En Guinée et au Togo, le groupe Bolloré a été choisi uniquement pour ses compétences et sa capacité à réaliser les investissements portuaires, que ses concurrents n'avaient pas réalisé par le passé", rétorque un porte-parole du groupe.

Mais pour le journaliste d'investigation Nicolas Vescovacci, co-auteur de « Vincent, Tout Puissant », Vincent Bolloré affirmait aussi en février 2013 à la justice « ne pas s'occuper de concessions portuaires. Or, c'est bien le cœur de son business sur le continent africain.

Sur le même sujet