Violentes manifestations en Afrique du Sud

Au moins 10 000 personnes sont descendues dans les rues des grandes villes. Copyright de l’image AFP
Image caption Au moins 10 000 personnes sont descendues dans les rues des grandes villes.

En Afrique du Sud, des milliers de personnes ont manifesté contre l'introduction d'un salaire minimum jugé trop bas et de nouvelles lois limitant le droit de grève.

C'est la SAFTU, la deuxième fédération syndicale du pays, opposée à l'ANC au pouvoir, qui est à l'origine de ce mouvement de grève.

Cette confédération compte près de 800 000 membres et ce mercredi, ils étaient des milliers à protester contre la mise en place du salaire minimum le mois prochain. Ils réclament plus de 3 fois la somme proposée par le gouvernement.

Au 1er mai, le salaire minimum devrait être établi a 1 dollar 60 centimes par heure, c'est une honte, un salaire d'esclave, ont lancé les manifestants.

Le président Cyril Ramaphosa et ses soutiens affirment que cela devrait permettre de réduire les inégalités et de relancer l'économie en berne.

Zuma: nouvelle polémique

L'opposition sud-africaine porte plainte

Afrique du Sud: Libération d'un leader étudiant

Copyright de l’image AFP
Image caption Des milliers de personnes ont manifesté en Afrique du Sud contre l'introduction d'un salaire minimum jugé trop bas et de nouvelles lois limitant le droit de grève.

Certains employeurs s'inquiètent eux de devoir mieux payer leurs personnels, certains assurent qu'ils ne peuvent pas se le permettre et que cette mesure ne va faire que gonfler les chiffres du chômage, déjà très élevés.

Mais les grévistes assurent qu'ils ne cèderont et qu'il faut de bien meilleurs salaires.

Ils ont aussi dénoncé l'introduction de nouvelles lois qui limitent selon eux le droit de grève.

Ces manifestations constituent le premier mouvement social d'importance auquel est confronté le président Cyril Ramaphosa, ancien syndicaliste devenu homme d'affaires à succès, alors qu'il doit aussi gérer un mouvement de protestation violent dans le Nord-Ouest du pays.

L'opposition sud-africaine porte plainte

Deux lions exilés en Afrique du Sud

Sextos : un ministre Sud-africain s'excuse

Sur le même sujet