Les relations diplomatiques gelées entre Rabat et Téhéran

Maroc Copyright de l’image FAROUK BATICHE
Image caption Rabat accuse Téhéran de soutenir le Front Polisario

Le Maroc a officiellement rompu ses relations diplomatiques avec l'Iran ce 1er Mai.

La décision des autorités marocaines a été annoncée mardi en milieu de journée.

Rabat dénonce une ingérence de Téhéran dans ses affaires intérieures principalement dans le dossier du Sahara Occidental.

Sahara occidental : l’ONU appelée à renouveler sa mission

Le mandat de la Minurso prolongé

Rabat accuse Téhéran de soutenir le Front Polisario, le Mouvement indépendantiste du Sahara occidental.

Selon le ministre marocain des affaires étrangères, Nasser Bourita, le Maroc fermera son ambassade à Téhéran et expulsera l'ambassadeur iranien à Rabat.

L'ambassadeur du Maroc à Téhéran a "quitté mardi l'Iran et je vais demander au chargé d'affaires de l'ambassade d'Iran de quitter le royaume sans délai", a indiqué M. Bourita.

Sahara occidental : retrait du Maroc d'une zone contestée

Le chef de la diplomatie marocaine a précisé que l'Iran et son allié chiite libanais, le Hezbollah, soutiennent le Polisario en formant et en armant ses combattants via l'ambassade iranienne en Algérie.

Les autorités du royaume chérifien soutiennent que l'Algérie voisine du Maroc, accueille des camps de déplacés de la zone du conflit et des membres du Polisario.

Sahara occidental : le cessez-le-feu violé

Le Maroc tient à ses droits sur le Sahara occidental

Le ministre Nasser Bourita a précisé que Le Hezbollah a envoyé des responsables militaires auprès du Polisario et a fourni à cette organisation des armes et a formés ses combattants à la guérilla urbaine.

Ce n'est pas la première fois que Rabat et Téhéran "se fâchent". En 2009, le Maroc avait coupé les liens diplomatiques avec l'Iran, l'accusant d'appuyer la confrérie sunnite de Bahreïn, dans un pays majoritairement chiite.

L'UE négocie un nouvel accord de pêche avec le Maroc

Les deux pays ont progressivement repris leurs relations diplomatiques à partir de 2014, mais ces relations n'ont jamais été traduites par des actions diplomatiques concrètes.

Sur le même sujet