Un iceberg contre le manque d'eau au Cap

Des habitants de Cape Town victimes de pénurie d'eau Copyright de l’image Getty Images
Image caption Des habitants de Cape Town victimes de pénurie d'eau

Amener un iceberg pour résoudre la pénurie d'eau de la ville du Cap : c'est le thème d'un séminaire au Cap, organisé en ce moment par Nick Sloane.

Ce Sud-Africain s'est fait connaitre dans le monde entier en renflouant le paquebot Costa Concordia, échoué au large d'une île italienne en 2012.

Et maintenant, il veut faire fondre un iceberg pour régler les problèmes de sécheresse au Cap, la deuxième ville du pays.

Cette opération serait une grande première.

L'idée de Nick Sloane est d'amener un iceberg de l'Antarctique jusqu'à la ville du Cap et de le faire fondre.

Pour cela, il faut un iceberg long et plat.

Copyright de l’image Getty Images
Image caption Les scientifiques utiliseraient le géotextile : une nouvelle matière qui permettrait de réduire la fonte de l'iceberg, en l'entourant d'une sorte de jupe

Il n'y aurait donc pas de risque qu'ils se retournent comme une crêpe, comme le font les icebergs du nord.

L'opération serait possible grâce aux nouvelles technologies, affirme le Sud-Africain.

D'abord les satellites permettraient de repérer le bon iceberg : il doit faire environ 1 km de long sur 500 mètres de large, 200 mètres de profondeur pour un poids de 100 millions de tonnes.

Ensuite les scientifiques utiliseraient le géotextile : une nouvelle matière qui permettrait de réduire la fonte de l'iceberg, en l'entourant d'une sorte de jupe.

Puis le mastodonte serait place dans un filet pour le remorquer jusqu'au courant de Benguela, qui devrait ensuite le pousser sur 2.700 km jusqu'au Cap, en deux ou trois mois.

Afrique du Sud : les autorités du Cap rationnent l'eau à cause de la sécheresse

Une fois amarré à 40km de la ville côtière, l'iceberg pourrait fournir chaque jour plus de 100 millions de litres d'eau pure, soit un cinquième des besoins de la ville.

Mais ce rêve de Nick Sloane risque de ne jamais se réaliser car, l'opération est risquée et coûteuse.

Et il doit encore convaincre la municipalité du Cap qui pour le moment n'est pas vraiment partante.

Sur le même sujet

Lire plus