L'Algérie abandonne des migrants dans le désert

Migrant Copyright de l’image ISSOUF SANOGO
Image caption De nombreux migrants continuent de passer la frontière entre l'Algérie et le Niger

L'Algérie a décidé d'expulser des migrants en les abandonnant dans le désert.

Une agence des Nations Unies met en garde contre une nouvelle crise le long de la frontière du Niger après que les autorités algériennes ont commencé à déverser des migrants dans le désert du Sahara.

Une nouvelle approche d'expulsion forcée adoptée par Alger et qui a déjà fait des morts.

9000 Ivoiriens arrivés en Italie en 2017

L'Organisation internationale pour les migrations (OIM) dit avoir apporté son soutien à près de 10.000 migrants abandonnés dans le désert depuis septembre.

Israël suspend l'accord sur les migrants africains

Libye: les Nations Unies veulent sauver 36 000 enfants migrants

Des migrants laissés en rade

Certains ont été laissés par des trafiquants, mais d'autres ont été déportés par les autorités algériennes.

Abandonnés dans le désert, ils ont été invités à marcher dans le désert pour rallier la ville frontalière la plus proche.

Dans la chaleur brûlante, un certain nombre de personnes sont mortes.

Giuseppe Loprete, chef de mission de l'OIM au Niger a tiré sur la sonnette d'alarme.

Via un tweet, il indique que "343 migrants ont été expulsés par l'Algérie dont 176 hommes, 53 femmes, 114 mineurs".

Les réfugiés expulsés par l'Algérie sont maintenant aidés par l'UNHCR au Niger, a précisé le chef de mission de l'OIM au Niger.

Une dizaine de migrants noyés en Méditerranée

Des migrants africains vivent les affres du froid à Paris

M. Loprete a déclaré à la BBC que l'Algérie avait défendu sa décision d'expulser les migrants comme nécessaire pour prévenir l'insécurité et le terrorisme.

Selon lui, l'Algérie ne voulait pas que des individus traversent la frontière sans que leur identité ne soit connue.

Cependant, l'OIM avait trouvé parmi les personnes contraintes de se rendre à la frontière un certain nombre de personnes réfugiées en Algérie.

Sur le même sujet