Internet : le contrôle parental renforcé au Kenya

Kenya Copyright de l’image Dan Kitwood
Image caption Les parents invités à respecter les droits de leurs enfants

La loi sur la cybercriminalité au Kenya pourrait conduire des parents en prison.

Les parents kényans devront peut-être faire un peu plus attention au type de photos que leurs enfants publient en ligne.

Selon une nouvelle loi sur la cybercriminalité adoptée la semaine dernière, toute personne déclarée coupable de partage de pornographie juvénile par Internet sera passible d'une amende maximale de 20 millions de shillings (200.000 dollars) ou d'une peine d'emprisonnement maximale de 25 ans.

Polémique autour du ministère de la cyber-sécurité

Madagascar : Internet pour lutter contre les abus

La loi s'applique aux parents qui partagent des photos des parties génitales de leurs enfants ou de leurs corps nus sur les réseaux sociaux, rapporte le Daily Nation, un quotidien kenyan.

Ainsi, publier une photo de l'érythème fessier d'un enfant ou la photo d'un enfant à l'heure du bain sur les médias sociaux pourrait vous attirer de sérieux problèmes.

Coupure d'internet au Tchad

"Ce type d'image ne tombe pas directement sous le chef de la pornographie infantile, mais le droit des enfants est clair. Diffuser ou partager des photos d'un enfant nu est une violation évidente de leurs droits, en particulier le droit à la protection contre tout type d'abus", a déclaré Enricah Dulo, une avocate spécialisée dans le droit des enfants.

La pornographie juvénile est définie dans la constitution du Kenya comme toute représentation visuelle impliquant l'utilisation d'un mineur ou d'une personne apparaissant comme tel à des fins sexuelles.

Internet a 29 ans et son inventeur est inquiet

Mme Dulo affirme que cette disposition vise à protéger davantage la vie privée des enfants.

Media playback is unsupported on your device
En Inde, une arrière-grand-mère fait sensation sur Internet