Amnesty accuse l’armée nigériane de viol sur des réfugiées

Des femmes fuyant Boko Haram sont victimes de traitements inhumains de la part de l'armée nigériane, selon l'ONG..

Un nouveau rapport d'Amnesty International indique que l'armée nigériane a maltraité des femmes et des filles fuyant l'insurrection de Boko Haram dans le nord-est du Nigeria.

Dans ce rapport intitulé "Ils nous ont trahis", Amnesty dresse un tableau sombre en ce qui concerne les agissements de l'armée nigériane dans l'État de Borno.

Lire aussi: L'armée affronte Boko Haram à Maiduguri

Le groupe de défense des droits de l'homme affirme que les soldats ont séparé les femmes de leurs maris et les ont confinés dans des "camps annexes" assez éloignés des principaux camps.

Une fois confinées dans ces camps annexes, elles ont été victimes de viol et d'abus sexuels, parfois en échange de nourriture.

Lire aussi: Nigeria : " 35 villageois tués par l'armée de l'air nigériane "

Le rapport souligne également que les femmes fuyant les violences ont été forcées à avoir des relations avec le personnel militaire.

Il affirme que les militaires ont profité de la famine dans les camps pour s'attaquer aux victimes.

Neuf femmes ont déclaré avoir été violées.

Lire aussi: "Un élément clé" de Boko Haram arrêté au Nigéria

Amnesty indique aussi que des femmes soupçonnées d'être membres de Boko Haram ont été détenues arbitrairement : cinq d'entre elles seraient mortes, ainsi que 32 enfants.

Le rapport est basé sur plus de 250 entrevues réalisées entre 2016 et 2018.

Lire aussi: Un millier d'otages libérés par l'armée nigériane

Le groupe affirme que la violence perpétrée pourrait constituer des crimes de guerre.

Un porte-parole militaire de l'armée nigériane a rejeté le rapport, qualifiant les allégations de viol de "fictives".

Lire plus