Koffi Olomidé en procès pour agressions sexuelles présumées

RDC Copyright de l’image AFP
Image caption Koffi Olomidé le 16 août 2012 en RDC

La star congolaise Koffi Olomidé renvoyée en procès pour agressions sexuelles présumées.

Koffi Olomidé retourne devant le juge pour une affaire de présumées agressions sexuelles pendante depuis 2009.

Agée de 61 ans, la star de la rumba congolaise est accusée d'avoir à plusieurs reprises agressé sexuellement et séquestré quatre de ses danseuses en région parisienne entre 2002 et 2006.

A lire aussi : Pourquoi la RDC est optimiste face à Ebola

A lire aussi : RDC : des milliers d'enfants souffrent de malnutrition sévère

Les faits qui se seraient déroulés notamment dans un pavillon d'Asnières-sur-Seine (région parisienne) que l'artiste louait pour héberger ses danseuses en marge de concerts ou d'enregistrements dans l'Hexagone.

En 2009, la mise en examen assortie d'une demande de détention provisoire avait été requise par le parquet de Nanterre.

Koffi Olomidé est parti précipitamment de France en août de la même année. Il y a eu ensuite d'autres accusations.

A lire aussi : RDC : trois députés radiés de l'Assemblée nationale

En février 2012 il a été mis en examen pour viols aggravés - dont certains sur mineure de 15 ans - mais les chefs de poursuite ont depuis été modifiés et la procédure correctionnalisée.

Depuis 2009, le parquet de Nanterre avait requis un mandat d'arrêt international contre Koffi Olomidé.

Le sexagénaire, marié et père de famille, est désormais renvoyé pour atteintes sexuelles avec violence, contrainte, menace ou surprise par personne ayant autorité, et pour séquestrations.

A lire aussi : Kinshasa réclame un retrait progressif des Casques bleus

Il devra également comparaître pour avoir facilité l'entrée et le séjour irrégulier en France des quatre plaignantes, toutes Congolaises, et pour les avoir fait travailler illégalement en les sous-payant ou en les privant même de toute rémunération.

Le Comité contre l'esclavage moderne (CCEM), qui a soutenu les plaintes de deux d'entre elles, a indiqué à l'AFP se porter partie civile dans cette affaire.