Anas Aremeyaw Anas accusé de corruption au Ghana

Ghana
Image caption Le journaliste d'investigation ghanéen Anas Aremeyaw Anas

Le journaliste d'investigation ghanéen Anas Aremeyaw Anas est accusé de corruption et d'évasion fiscale.

24 heures avant la sortie du documentaire d'Anas Aremeyaw Anas sur la corruption présumée dans le milieu du football au Ghana, le célèbre journaliste d'investigation est sous le feu des critiques et des accusations.

Un député ghanéen a lancé contre lui une longue tirade, l'accusant de corruption et d'évasion fiscale sur ses entreprises privées. Des accusations que les partisans du journaliste qualifient de tentative de salir l'image de l'homme de médias.

"Nous devons suspendre Anas pour les mauvaises choses qu'il a faites aux Ghanéens au cours de ses enquêtes qu'il a utilisées pour amasser des richesses au Ghana", a déclaré Kennedy Agyapong du New Patriotic Party (le parti au pouvoir) sur la station de radio Adom FM.

A lire aussi : Quand les Diouf "divisent" la FIFA

Bien qu'Anas apparaisse en public portant un masque facial, le député a publié des images à la télévision, affirmant qu'il s'agit d'images du journaliste et de son équipe.

M. Agyapong a exhorté le public à les attaquer s'ils les rencontraient.

La Ghana Journalist Association (GJA) a condamné ces menaces de mort proférées contre M. Anas.

A lire aussi : Akufu-Addo suspend quatre juges

Ses productions sur la corruption dans le football a conduit à l'arrestation du président de la Fédération ghanéenne de football et du premier vice-président de la Confédération africaine de football (Caf), Kwesi Nyantakyi.

Des détails plus importants sur cette présumée corruption dans le milieu du football devraient figurer dans le documentaire "Number 12" lors de sa première diffusion dans la capitale, Accra, mercredi.

A lire aussi : Elections à la Fifa: Kalusha Bwalya se retire

La semaine dernière, une campagne sur les médias sociaux avec le hashtag #IamAnas a vu de nombreux Ghanéens se prendre en photo avec des masques improvisés en signe de solidarité avec le journaliste d'investigation.

Sur le même sujet