Au Tchad, la danse est utilisée comme moyen pour quitter la rue

Ce sont plus de 350 enfants qui participent aux ateliers de danse.
Image caption Plus de 350 enfants participent aux ateliers de danse.

L'Association Culturelle Tchado Stars lutte pour sortir les enfants des rues à N'djaména, capitale du Tchad. Pour y arriver elle a trouvé un moyen original: la danse.

Aleva Ndafogo Jude, 25 ans, est l'initiateur de ce projet. Son objectif est d'aider les enfants de la rue à se réorienter dans la vie sociale et apprendre un métier.

Aleva regroupe les enfants de différents quartiers et les pousse aussi à reprendre le chemin de l'école.

Dans les rues de N'djaména, il n'est pas rare de rencontrer des groupes d'enfants souvent mal vêtus à la recherche de quoi manger, d'un endroit où dormir ou jouer.

Orphelins, abandonnés ou victimes d'exploitation ces enfants de la rue sont très souvent confondus aux petits groupes de bandits qu'on retrouve parfois dans la ville.

Image caption Aleva Ndafogo Jude utilise son art pour éloigner les orphelins de Ndjamena des mauvaises fréquentations.

A travers les activités qu'elle mène, l'association Tchado Stars espère attirer l'attention des autorités tchadiennes sur le défi grandissant que constituent "les enfants des rues".

Des expériences diverses dans la rue

Avant d'être récupérés par l'association, les enfants vivaient pour la plupart dans la rue.

Alarasem, 16 ans, n'a pas connu son père. Il a été élevé par sa grand-mère qui ne pouvait plus s'occuper de lui, une fois qu'il avait grandi.

Il dit avoir été forcé de regagner la rue quand sa mère s'est remariée à un homme qui ne voulait pas de lui.

"Dans la rue, je fouillais les poubelles pour trouver de quoi manger. Je me saoulais avec les restes de boissons. Mais tout ça est désormais derrière moi. J'ai fait le CM2 et je suis désormais en classe de 6ème", raconte Alarasem.

LIRE AUSSI

Mariage des enfants : le Niger, mauvais élève

Mariage des enfants

Tchad: les ravages de la faim

Un retour à l'école

Pour les enfants pris en charge par l'association, la première étape de la réinsertion sociale, c'est l'instruction scolaire.

On leur apprend à lire, à écrire. Ils sont aussi initiés aux mathématiques.

La danse, point focal de la réinsertion sociale

Au moins, 350 enfants dont 16 filles ont déjà été formés par l'association Tchado Stars.

128 enfants ont déjà rejoint leurs familles.

Au delà de la danse, les enfants sont initiés à divers métiers manuels.

"Notre mission, c'est de former professionnellement ces enfants, pour qu'ils réussissent dans la vie, afin d'être dignement réintégrer dans la société" explique Aleva Ndafogo Jude.