20 ans de prison pour les meneurs du "Hirak" au Maroc

Ahmed Zefzafi (C), le père de l'activiste politique Nasser Zefzafi, leader du mouvement de protestation du Rif. Copyright de l’image Getty Images
Image caption Ahmed Zefzafi (C), le père de l'activiste Nasser Zefzafi, leader du mouvement de protestation du Rif.

Les dirigeants du mouvement marocain de contestation sociale ("Hirak") ont été condamnés mardi à des peines allant jusqu'à 20 ans de prison.

Le sort des meneurs du "Hirak" en 2016 et 2017 a été scellé mardi soir par le verdict de la chambre criminelle de la cour d'appel de Casablanca.

Le leader du mouvement, Nasser Zefzafi et ses acolytes, Nabil Ahmjiq, Ouassim Boustati et Samir Ighid, ont écopé de la plus lourde peine après un procès de neuf mois.

Mohamed Haki, Zakaria Adehchour et Mahmoud Bouhenoud ont été condamnés à des peines entre 7 et 15 ans de prison.

Accusés de complot portant atteinte à la sécurité publique de leur pays, ils ont échappé de justesse à la peine de mort.

La plus petite peine des 53 personnes prévenues est fixée à un an de prison.

Lire aussi :

Cette peine couvre la détention préventive une amende d'environ 450 euros (295.180 FCFA) à payer. Le verdict a été prononcé en l'absence des accusés.

Le mouvement de protestation était parti d'Al-Hoceïma, dans la région du Rif, à la suite de la mort d'un vendeur de poisson broyé par une benne à ordures.

Des manifestations avaient fait plusieurs centaines de blessés dont des forces de l'ordre en octobre 2016.

Sur le même sujet