Immigration et croissance : le paradoxe ivoirien

Un migrant de Côte d'Ivoire marche dans la neige avec des baskets et pas de chaussettes en route vers le Col de l'Echelle, un col enneigé pour franchir la frontière entre l'Italie et la France, le 13 janvier 2018 près de Bardonecchia , Alpes italiennes. Copyright de l’image Getty Images
Image caption Un migrant de Côte d'Ivoire marche dans la neige sans chaussettes en route vers le Col de l'Echelle pour franchir la frontière entre l'Italie et la France, le 13 janvier 2018 près de Bardonecchia, Alpes italiennes.

Le paradoxe de la croissance ivoirienne, l'une des plus dynamiques d'Afrique, c'est que de plus en plus d'Ivoiriens vont à l'aventure en Europe à travers l'immigration clandestine.

De nombreuses organisations du milieu de la finance créditent la Côte d'Ivoire d'un excellent taux de croissance depuis 2011 qui se situe autour de 8 %.

Le pays devrait rester sur un sentier de croissance autour de 7 à 7,5 % ces prochaines années, a rappelé récemment la Banque Mondiale dans son rapport semestriel.

A lire aussi : La Côte d'Ivoire menacée par le climat

L'institution de Breton Wood précise tout de même que l'un des défis les plus importants pour la Côte d'Ivoire reste la redistribution des richesses dans un pays où le taux de pauvreté avoisine les 45 % alors qu'il était inférieur à 10% à l'aube des années 1980.

L'embellie économique en Côte d'Ivoire ne semble pas avoir transformé le pays en eldorado pour les Ivoiriens.

Copyright de l’image AFP
Image caption Depuis 2015, 3445 migrants ivoiriens ont regagné leur pays

Un nombre important préfèrent quitter leur pays pour d'autres cieux, alimentant ainsi la filière de l'immigration clandestine.

A lire aussi : Côte d'Ivoire: hausse de la production d'or

Les demandeurs d'asile ivoiriens en France en 2017 étaient un peu plus 3.700, soit deux fois plus qu'en 2016.

La même année, plus de 8.000 migrants âgés de 14 à 24 ans, partis de Côte d'Ivoire sont arrivés en Italie selon le Centre de volontariat international (CEVI), une ONG italienne.

Les migrants ivoiriens qui tentent de gagner l'Europe se positionnent au 3ème rang des pays d'Afrique de l'Ouest, après le Nigeria et la Guinée, selon l'Organisation internationale pour les migrations (OIM).

A lire aussi : Côte d'ivoire : l’électricité rétablie

Pour certains observateurs, les secteurs qui propulsent aujourd'hui la croissance en Côte d'Ivoire ne sont pas réellement pourvoyeurs d'emploi.

Pour l'économiste Yves Ouya, la croissance économique ivoirienne est "tirée par le BTP et les investissements directs étrangers, sans grand impact sur l'activité économique locale, comme la création d'entreprises et de richesses".

Les volontaires au départ étant majoritairement jeunes, la promotion de l'auto-emploi et le financement des initiatives économiques locales restent les pistes de solutions à explorer par le gouvernement ivoirien.

Sur le même sujet

Lire plus