Un nouveau traitement contre le paludisme récurrent

USA Copyright de l’image Science Photo Library
Image caption La paludisme vivax reste un défit de santé publique

Un nouveau médicament pour traiter le paludisme a reçu le feu vert des autorités aux États-Unis.

Le médicament est spécifiquement pour la forme récurrente du paludisme - causée par le plasmodium vivax - qui rend malade 8,5 millions de personnes chaque année.

Ce type de paludisme reste un défi pour la communauté scientifique en ce qui concerne son éradication.

La raison c'est qu'il peut rester dormant dans le foie pendant des années avant de rendre malade le sujet plusieurs fois.

A lire aussi : Lutte contre le paludisme : grosses inquiétudes

Les scientifiques ont décrit la Tafenoquine comme une "avancée phénoménale".

Les régulateurs du monde entier vont maintenant observer le médicament afin de voir s'ils peuvent le recommander pour leurs populations.

Une maladie récurrente

Copyright de l’image AFP
Image caption Un nouveau traitement contre le paludisme récurrent

La forme récurrente ou récidivante du paludisme est le type de paludisme le plus courant en dehors de l'Afrique subsaharienne.

Les enfants peuvent être particulièrement à risque et avoir plusieurs crises de paludisme rien qu'en raison d'une seule piqure.

Elle est une cause d'absentéisme scolaire et affaibli chaque fois le malade lorsque qu'elle se déclenche.

Les personnes infectées deviennent des réservoirs involontaires de la maladie, car lorsque le parasite s'éveille dans son corps, un moustique peut transmettre ce parasite à quelqu'un d'autre.

A lire aussi : Un nouveau vaccin contre le paludisme

Cette forme de transmission rend cette forme de paludisme difficile à éliminer dans le monde entier.

La Food and Drug Administration (FDA) aux États-Unis a donné son approbation à la Tafenoquine, un médicament qui permet de "débusquer" le parasite de sa cachette dans le foie et d'empêcher les porteurs de courir le risque d'être de nouveau malade.

Cette nouvelle molécule peut être prise avec un autre médicament pour traiter l'infection.

Il existe déjà un médicament qui peut être utilisé pour se débarrasser du paludisme caché dans le foie appelé Primaquine.

Mais contrairement à la dose unique de Tafenoquine nécessaire, la Primaquine doit souvent être prise pendant 14 jours.

Certains experts s'inquiètent du fait que de nombreuses personnes se sentent mieux après quelques jours et cessent de prendre les pilules, permettant au parasite de se réveiller plus tard.

Attention nécessaire

La FDA soutient que le médicament est efficace et l'approuve pour une utilisation aux États-Unis, mais souligne qu'il y a des effets secondaires importants à connaître.

Par exemple, les personnes souffrant d'un problème enzymatique, appelé déficit en G6PD, ne doivent pas prendre ce médicament car cela peut provoquer une anémie sévère.

L'organisme de réglementation recommande aux personnes de subir un test de déficience avant de prendre ce médicament, ce qui peut poser un problème dans les régions les plus pauvres où le paludisme est commun.

A lire aussi : Paludisme : un vaccin fiable à 38% testé au Burkina et au Mali

Copyright de l’image Getty Images
Image caption La Tafenoquine peut être associée avec d'autres mesures de prévention

On craint également qu'à des doses plus élevées, cela puisse être un problème pour les personnes atteintes de maladies psychiatriques.

Malgré ces mises en garde, il y a de l'espoir que le médicament, associé à des moustiquaires et à d'autres précautions, contribuera à réduire le taux d'infection lié au paludisme vivax dans le monde.

Pendant ce temps, le Dr Hal Barron, président de la recherche et du développement chez GSK, la société qui fabrique le médicament, a déclaré qu'il s'agissait d'une étape importante pour les personnes vivant avec ce type de paludisme récurrent.

"En collaboration avec notre partenaire, Medicines for Malaria Venture, nous pensons que le Krintafel® sera un médicament important pour les patients atteints de paludisme et contribuera aux efforts en cours pour éradiquer cette maladie."

A lire aussi : Gambie : le taux du paludisme en baisse

La Tafénonquine existe depuis les années 1970, mais en travaillant avec Medicines for Malaria, GSK a réorienté le médicament afin qu'il puisse être utilisé pour se débarrasser des parasites du paludisme dans le foie.

La prochaine étape consistera à évaluer le médicament par les organismes de réglementation dans les pays où cette forme de paludisme est un problème important.

Sur le même sujet

Lire plus