Des violences post-électorales éclatent au Zimbabwe

Zimbabwe Copyright de l’image Reuters
Image caption Les partisans de l'opposition dans les rues d'Harare

La situation reste tendue au Zimbabwe après le vote de lundi alors que le pays attend la publication des résultats de l'élection.

La présidente de la commission électorale du Zimbabwe, Priscilla Chigumba, a déclaré qu'elle n'était pas encore en mesure d'annoncer les résultats de l'élection présidentielle.

Elle a indiqué que la commission avait espéré annoncer les résultats le plus tôt possible.

A lire aussi : Jour de vote au Zimbabwe

Cependant, Priscilla Chigumba a été informée que tous les 23 représentants des candidats devaient vérifier les résultats avant leur publication.

Certains d'entre eux devaient encore se présenter à la commission électorale du Zimbabwe.

Avec son équipe, elle a lu les résultats de toutes les circonscriptions parlementaires restantes sauf une.

Le Zanu-PF a obtenu plus de la majorité des deux tiers.

A lire aussi : L'UA soutient le corps électoral du Zimbabwe

Copyright de l’image Reuters
Image caption L'opposition rejette les résultats avancés par la commission électorale

Au moins un mort dans des violences post-électorales

Au moins un manifestant a été tué par balle mercredi à Harare dans des affrontements qui ont opposé les forces de l'ordre à des partisans de l'opposition qui accusent la commission électorale de fraudes.

Selon les résultats disponibles, le parti au pouvoir au Zimbabwe depuis 1980, la Zanu-PF, a obtenu la majorité absolue à l'assemblée nationale.

A lire aussi : Au Zimbabwe, deux victimes de l'attaque succombent

La police zimbabwéenne a tiré des gaz lacrymogènes pour répondre aux jets de pierres des partisans du MDC (parti opposition).

Forces de l'ordre et manifestants s'affrontaient dans le centre de Harare.

Des heurts qui font suite à un tweet du leader du MDC, Nelson Chamisa, qui indiqué avoir remporté le "vote populaire" lors de l'élection présidentielle de cette semaine.

Son principal rival, le président Emmerson Mnangagwa du parti au pouvoir, la Zanu-PF a appelé au calme au moment où des chars ont été aperçus dans la ville d'Harare par des témoins et des véhicules incendiés.

"Nous devons tous faire preuve de patience et de maturité, et agir d'une manière qui garantisse en premier la sécurité de nos concitoyens" a plaidé Emmerson Mnangagwa sur Twitter.

Sur le même sujet