Partielles sous tension en Ouganda

Ouganda Copyright de l’image Getty Images
Image caption Robert Kyagulanyi aliais Bobi Wine devient de plus en plus populaire

Les législatives partielles dans le nord de l'Ouganda se déroulent sous fond de violence et d'arrestation.

La campagne électorale a été tendue entre les partisans du président Yoweri Museveni et ceux de l'opposant et musicien Robert Kyagulanyi alias Bobi Wine.

Un faible taux de participation est attendu dans la municipalité d'Arua. La violence dans la ville lundi soir, qui a fait un mort semble avoir assombri le scrutin.

Le chauffeur de l'opposant Robert Kyagulanyi a été abattu lundi dans la ville d'Arua dans le nord du pays.

A lire aussi : Ouganda : le musicien Bobi Wine élu député

"La police a abattu mon chauffeur en pensant m'avoir abattu", a-t-il affirmé. Il a posté la photographie d'un homme en sang, effondré sur le volant d'une voiture.

Des dizaines de personnes ont été également arrêté dont Robert Kyagulanyi lui-même. "Nous avons arrêté Bobi Wine et d'autres personnes ce matin (mardi) et il est sous notre garde", a déclaré le porte-parole de la police ougandaise Emilian Kayima.

A lire aussi : Ouganda : le débat sur l'âge du président interdit

Selon les médias et les avocats de Bobi Win, le musicien est détenu à la caserne militaire de Bondo à Arua.

Le candidat de l'opposition à l'élection partielle, Kassiano Wadri, a lui aussi été interpellé.

Cette élection partielle est cruciale car le jeune musicien gagne du terrain au plan politique face au président Yoweri Museveni et les partis d'opposition traditionnels en Ouganda.

A lire aussi : Museveni déclare "son amour" pour Trump

Arua est une localité située dans la zone frontalière entre l'Ouganda, le Soudan du Sud et la République démocratique du Congo.

L'ancien député de la ville, Ibrahim Abiriga a été abattu en juin dans des circonstances non encore élucidées.

Le vice-Premier ministre ougandais, Moses Ali, a déclaré au Parlement que Robert Kyagulanyi, avait été transféré par avion dans un hôpital militaire à Gulu, dans le nord de l'Ouganda.

Il comparaitra devant la cour martiale dans la même ville demain a précisé Moses Ali sans donner les raison de son arrestation et de cette comparution.

Sur le même sujet