Zik Fm et SEN TV mis en demeure au Sénégal

Bougane Guèye, patron de ces deux organes de presse, est engagé en politique Copyright de l’image Facebook.com/bouganegueye
Image caption Bougane Guèye, patron de ces deux organes de presse, est engagé en politique

La chaîne de télévision Sen TV et la radio Zik FM ont été mise en demeure pour "propagandes politiques partisanes" en faveur de leur promoteur candidat à la présidentielle.

La décision de mise en demeure émane du Conseil national de régulation de l'audiovisuel (CNRA) et concerne principalement deux organes.

Il s'agit de Sen TV et Zik Fm du Groupe D-Media appartenant à Bougane Gueye Dany, candidat déclaré à la prochaine élection présidentielle.

Le CNRA estime que le matraquage médiatique autour de la collecte des "signatures pour le parrainage des candidats à l'élection présidentielle de février 2019 installe une situation de rupture d'égalité des postulants dans certains médias".

A lire aussi : Les candidats en quête de signatures au Sénégal

A lire aussi : Sénégal: le parlement adopte le parrainage

A lire aussi : Sénégal : un projet de loi controversé

Le régulateur met en évidence dans sa décision la violation des principes d'égal accès aux moyens de diffusion audiovisuels, celui du traitement équilibré de l'information et de l'impartialité.

Sen TV et Zik Fm sont tenus de ne plus diffuser le spot publicitaire appelant à parrainer le promoteur du groupe.

Au-delà, ils doivent mettre un terme à l'utilisation du groupe pour la propagande ou la collecte des parrainages en faveur de son promoteur.

La CNRA invite également les deux organes à mettre un terme au détournement de "fonction et d'objectif noté depuis quelques temps".

Le régulateur prévient dans la note publiée sur son site que le non-respect de cette mise en demeure expose Sen TV et Zik Fm à des sanctions conformément à l'article 26 de la loi 2006-04 du 4 janvier 2006.

"Outre SEN TV et ZIK FM, la Télévision Futurs Médias (TFM) et la Radiodiffusion Télévision sénégalaise (RTS) se sont signalées dans le relais de la propagande" précise le CNRA.

Sur le même sujet