Des dizaines de "réseaux criminels" démantelés au Maroc

Des ressortissants africains, dans un centre de séjour temporaire pour migrants, à la frontière entre le Maroc et l'enclave espagnole de Ceuta, le 22 août 2018. Copyright de l’image Getty Images
Image caption Des ressortissants africains, dans un centre de séjour temporaire pour migrants, à la frontière entre le Maroc et l'enclave espagnole de Ceuta, le 22 août 2018.

Le gouvernement marocain dit avoir démantelé 74 "réseaux criminels" de traite d'êtres humains depuis le début 2018 et fait "avorter" 54.000 tentatives de passage vers l'Union européenne.

Plus de 1.900 embarcations ont été saisies sur la même période.

Le Maroc connaît un afflux de migrants et de réfugiés qui rêvent de gagner l'Europe.

La plupart d'entre eux tentent de gagner les côtes de l'Espagne par la mer, d'autres essaient par voie terrestre en franchissant les clôtures séparant le Maroc des enclaves espagnoles en territoire africain de Ceuta et Melilla.

A lire aussi :Une quarantaine de migrants arrêtés au Sénégal

A lire aussi :629 migrants débarqués à Valence

L'Espagne est désormais la principale porte d'entrée pour les migrants et demandeurs d'asile dans l'Union européenne, avec un total de 35.615 arrivées depuis le début de l'année, selon les derniers chiffres de l'Organisation internationale des migrations publiés vendredi.

Copyright de l’image Getty Images
Image caption Des migrants entrés en territoire espagnole

La nationalité des personnes bloquées par le Maroc sur la route vers l'Europe n'a pas été précisée par les autorités marocaines.

Le gouvernement ne fait mention non plus des mesures prises après leur interception.

A lire aussi :Les migrants interdits d'accès en Italie

A lire aussi :L'ONU sanctionne des trafiquants de migrants

Sur la route vers l'Espagne, 75% des migrants et réfugiés sont des hommes, 10% sont des femmes, le reste étant des enfants.

Ils viennent notamment de la Guinée (3.100), du Maroc (2.600), du Mali (2.200), de la Côte d'Ivoire (1.200) et de la Syrie (1.000), selon le Haut Commissariat aux réfugiés de l'ONU.

Face à l'afflux, les autorités marocaines ont annoncé la semaine dernière avoir renforcé la lutte contre les réseaux mafieux.

Au total, 230 personnes, dont des Marocains et des ressortissants d'Afrique subsaharienne, ont été arrêtées et présentées devant la justice depuis le début de l'année, selon les chiffres du ministère américain de l'Intérieur.

Sur le même sujet