Vingt-trois morts dans une attaque sur le lac Tchad

Une vue des rives tchadiennes du lac Tchad Copyright de l’image AFP
Image caption Des soldats en faction sur les rives tchadiennes du lac Tchad

Dix-sept combattants du groupe djihadiste Boko Haram ont été tués. Trois militaires, deux agents des eaux et forêts et un civil, tous des Tchadiens, ont également péri dans l'attaque.

Ce bilan a été fourni à la BBC par le colonel Azem Bermandouara, porte-parole du ministère tchadien de la Défense.

L'attaque a eu lieu dans les localités de Moussarom et Ngueleya, situées sur le lac Tchad, à quelques dizaines de kilomètres au sud de la ville de Baga Sola, précise l'Agence France-Presse.

Le dernier assaut du groupe nigérian Boko Haram du côté tchadien du lac Tchad remonte au 22 juillet. Dix-huit civils avaient été tués dans un village au sud de Daboua, une sous-préfecture située non loin du Niger.

A lire aussi :

Les conflits communautaires plus meurtriers que Boko Haram

Une attaque de Boko Haram fait 6 morts au Tchad

Le Tchad est moins touché par les attaques du groupe djihadiste que son voisin, le Nigeria.

On constate toutefois une recrudescence des violences perpétrées par Boko Haram au Tchad depuis quelques mois, après une relative accalmie.

A lire aussi :23 membres de Boko Haram tués

Le groupe basé au Nigeria frappe dans tous les pays de la zone du lac Tchad : le Nigeria, le Tchad, le Cameroun et le Niger.

L'insurrection djihadiste menée au Nigeria depuis 2009 a fait des milliers de morts et provoqué une grave crise humanitaire. Des milliers de personnes ont été contraintes de quitter leur lieu d'habitation.

Sur le même sujet