Contestation des résultats avancés par la CENI à Madagascar

Madagascar Copyright de l’image Getty Images
Image caption Les malgaches attendent toujours le verdict des urnes après le vote

A Madagascar, les trois candidats provisoirement en tête de la course à la présidentielle de la semaine dernière émettent des doutes sur les résultats partiels publiés par la Commission électorale nationale indépendante (CENI).

Le parti du président sortant Hery Rajaonarimampianina parle d'une élection mal organisée tandis que le parti de l'ancien président de la transition, Andry Rajoelina, qui conteste aussi les résultats, s'est retiré du processus d'observation du scrutin.

Le comité de soutien de l'ancien président Marc Ravalomanana, de son côté, a emmené un huissier au siège de la CENI pour constater, selon le parti, le refus de la CENI de donner accès aux résultats par bureau de vote.

Les protestations des trois principaux candidats se font déjà entendre, alors que la CENI de Madagascar vient juste de finir le traitement des résultats issus de plus de 60% des bureaux de vote.

Après avoir participé aux travaux de la CENI en tant qu'observateur, les partisans de l'ancien président de la Transition Andry Rajoelina refusent de se fier aux résultats provisoires qui seront publiés par la CENI et menacent de se retirer du processus d'observation.

A lire aussi : Ouverture des bureaux de vote à Madagascar

A lire aussi : Un gouvernement de consensus à Madagascar

A lire aussi : Un nouveau premier ministre pour Madagascar

Des résultats qui créditent pour le moment Andry Rajoelina d'un peu plus de 39% des suffrages exprimés contre un peu plus de 37% pour son principal rival, l'ancien président Marc Ravalomanana.

Le comité de soutien à Ravalomanana a dépêché à la CENI les avocats du parti et un huissier mardi pour constater le refus de la CENI, de montrer les résultats par bureaux de vote.

La CENI parle d'un processus transparent où les représentants des candidats ont eu accès à tout ce qui pouvait leur être fourni.

Mais le parti du président sortant, Hery Rajaonarimampianina, continue de reprocher à la commission électorale, d'avoir mal organisé le scrutin.

Dans un communiqué, le parti dénonce des velléités claires de fraudes et des tentatives d'empêcher les citoyens d'exercer leurs droits de vote en les privant de cartes d'électeurs ou en ne les inscrivant pas sur les listes électorales.

Media playback is unsupported on your device
Madagascar, ‘’les irrégularités constatées n’impacteront pas les résultats de la présidentielle’’

Sur le même sujet