Sanctions après la mort de manifestants anti-pollution en Gambie

Gambie, police, manifestations
Image caption Les habitants du village de Faraba Banta devant une mosquée après les manisfestations du 18 juin

Le rapport d'enquête confirme officiellement que c'est la police qui a ouvert le feu lors des manifestations qui ont fait trois morts .

Le directeur de l'Agence nationale de l'environnement Momodouuwareh et son collègue du département de géologie Abdoulie Cham ont été suspendus, pour six mois sans salaire.

Ils sont punis pour avoir enfreint les règles lors de délivrance d'une licence d'exploitation d'une carrière de sable à la société minière Jukalay, accusée par les villageois de polluer les rizières bordant le fleuve Gambie.

A Lire aussi: La Commission vérité et réconciliation ne rassure pas en Gambie

A lire aussi:Difficile relance économique en Gambie

L'exploitation minière est gelée dans la zone de Farabanta et un comité d'indemnisation géré par les ministères de la Justice et des Finances a été créé.

Le chef de village et le conseil des anciens de Faraba accusés d'avoir accepté des pots de vins de l'exploitant ont tous été démis de leurs fonctions. Le comité de développement du village a lui aussi été dissout, tandis que l'exploitant s'est vu retiré sa licence.

Sur le même sujet

Lire plus