Relance des discussions sur le Sahara occidental à Genève

Sahara occidental, Maroc, Algérie, Polisario, Rasd Copyright de l’image AFP/GETTY IMAGES
Image caption Le siège de la mission des Nations unies pour l'organisation du référendum au Sahara occidental à Laâyoune

Cette réunion qui vise à relancer les négociations sur le territoire disputé du Sahara occidental verra aussi la participation de l'Algérie et de la Mauritanie, deux acteurs clés du conflit du Sahara occidental.

Le dernier cycle de discussions directes lancé par l'ONU en mars 2007 s'est enlisé en mars 2012. Le Maroc et le Polisario affichant des positions inconciliables concernant le statut et le référendum.

Chargé du dossier depuis 2017, l'ex-président allemand Horst Kohler a déjà rencontré plusieurs fois, mais séparément, les différentes parties, lors d'une tournée régionale.

A lire aussi:Sahara occidental : l’ONU appelée à renouveler sa mission

A lire aussi:Sahara occidental : retrait du Maroc d'une zone contestée

« C'est le premier pas d'un processus de négociations pour une solution juste durable mutuellement acceptable qui permettra l'auto détermination du peuple du Sahara occidental », a précisé la note d'information de l'ONU.

Le Polisario, qui a proclamé en 1976 une République arabe sahraouie démocratique, réclame l'organisation d'un référendum d'autodétermination pour régler le conflit né au moment du départ des colons espagnols

Le Maroc rejette toute solution autre qu'une autonomie sous sa souveraineté, invoquant la nécessité de préserver la stabilité régionale.

Le Royaume chérifien contrôle 80 % du territoire du Sahara occidental doté d'un millier de kilomètres de littoral atlantique poissonneux et d'un sous-sol riche en phosphates.

Sur le même sujet

Lire plus