Félix Tshisekedi déclaré vainqueur de la présidentielle en RDC

RDC Copyright de l’image Getty Images
Image caption Félix Tshisekedi déclaré vainqueur de la présidentielle par la Céni

Félix Tshisekedi a été déclaré vainqueur de la présidentielle du 30 décembre en République démocratique du Congo.

Il remporte le scrutin avec 38,6% des voix, devant Martin Fayulu, deuxième avec 34,8%, selon la Commission électorale.

Le dauphin du président sortant Joseph Kabila, l'ex-ministre de l'Intérieur, Emmanuel Ramazani Shadary, n'arrive qu'en troisième position avec 23,8%.

C'est un événement historique en République démocratique du Congo: un candidat de l'opposition déclaré vainqueur de l'élection présidentielle. Il s'agit de la première passation démocratique du pouvoir dans le pays depuis l'indépendance.

Le scrutin a été reporté trois fois depuis fin 2016.

Les candidats peuvent faire appel des résultats s'ils le souhaitent.

La Cour constitutionnelle doit publier les résultats définitifs d'ici le 15 janvier, selon le calendrier électoral.

Hommage à Kabila

Lors de sa première prise de parole, M. Tshisekedi a rendu hommage à M. Kabila, "partenaire de l'alternance démocratique".

"Je rends hommage au président Joseph Kabila. Aujourd'hui, nous ne devons plus le considérer comme un adversaire, mais plutôt comme un partenaire de l'alternance démocratique dans notre pays", a t-il déclaré devant une foule de ses partisans réunis au siège de son parti, l'UDPS.

Selon Martin Fayulu, le candidat de la coalition Lamuka, "ces résultats n'ont rien à voir avec la vérité" des urnes. Le camp Fayulu s'interroge sur la crédibilité de ces résultats, les rumeurs d'un accord Tshisekedi-Kabila ayant envahi Kinshasa à quelques heures de la proclamation des résultats.

L'UDPS nie avoir conclu un pacte avec la majorité présidentielle.

Lire aussi:

En direct : Fayulu rejette les résultats

M. Tshisekedi, lui-même, a reconnu avoir eu des discussions avec le parti au pouvoir en vue de préparer une transition du pouvoir.

L'UDPS a tenté de parvenir au pouvoir depuis des décennies sans succès.

Copyright de l’image Getty Images
Image caption Les partisans de Tshisekedi célèbrent la victoire de leur leader.

Selon notre correspondante à Kinshasa, Louise Dewast, la grande question qui se pose à présent est de savoir quelle sera la réaction des populations à travers le pays.

L'église catholique, qui compte le plus grand nombre d'observateurs électoraux déployés lors du scrutin, a averti qu'elle rejetterait les résultats qu'elle jugerait frauduleux.

Qui est Félix Tshisekedi ?

L'opposant de 55 ans, père de cinq enfants, est surtout connu pour être le fils du défunt chef de l'opposition Etienne Tshisekedi.

En mars 2017, après le décès de son père, il a été élu à la tête de l'UDPS et est devenu son candidat de facto pour l'élection présidentielle.

Il a été plongé dans la politique dès son plus jeune âge et a dû se frayer un chemin à travers le parti.

Lire aussi:

L'homme qui surpasse son père pour diriger la RDC

Félix Tshisekedi tente de représenter le changement pour la RDC, qui n'a pas connu de transition pacifique du pouvoir depuis son indépendance en 1960.

"Je n'ai aucune ambition de rivaliser avec mon père. C'est mon maître, et vous ne rivalisez pas avec lui", avait déclaré Félix Tshiskedi lors de la campagne électorale.

Copyright de l’image AFP
  • Né à Kinshasa le 13 juin 1963
  • Surnommé Fatshi, abréviation de ses trois noms Félix Antoine Tshilombo
  • Son père a fondé l'UDPS en 1982
  • Il est parti pour la Belgique en 1985
  • Félix Tshisekedi a étudié l'économie et le marketing
  • Il devient leader de l'UDPS en mars 2018
  • M. Tshisekedi veut faire de la lutte contre la pauvreté sa priorité.

"Mais je vais faire de mon mieux pour perpétuer son rêve, son rêve d'un pays de droit, d'un Congo meilleur où nos fils et nos filles peuvent s'épanouir, c'est ce que je cherche", avait-il ajouté.

Lors de la présentation de son programme au cours d'une conférence de presse, le candidat avait été critiqué pour son manque d'expérience.

Lire aussi:

Voyage au Cœur du Congo

Lire plus