L'acquittement de Gbagbo fait trembler la CPI

Laurent Gbagbo a tenté de conserver le pouvoir après sa défaite face à Alassane Ouattara. Copyright de l’image AFP
Image caption Laurent Gbagbo a tenté de conserver le pouvoir après sa défaite face à Alassane Ouattara.

Premier ex-chef d'État à être jugé à la Cour pénale internationale (CPI), Laurent Gbagbo a servi de trophée de guerre à une accusation qui n'a pas réuni toutes les preuves nécessaires.

Pour une institution qui rêvait de demander des comptes aux plus puissants du monde, le transfèrement de l'ancien président ivoirien vers La Haye devrait avoir lieu après que la CPI est prête à relever le défi.

Les fortes attentes à son égard ont rendu l'échec encore plus amer pour une accusation encore ébranlée par le dénouement de l'affaire Jean-Pierre Bemba, l'ancien vice-président de la RD Congo, dont la condamnation pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité a été, elle aussi, annulée quelques mois plus tôt.

Lire aussi:La CPI ordonne la libération immédiate de Gbagbo et Blé Goudé

Media playback is unsupported on your device
Notre émission spéciale sur l'acquittement de Laurent Gbagbo

Que nous apprend l'affaire Laurent Gbagbo sur l'état de la CPI et sa capacité à fonctionner comme un instrument de justice internationale ?

Tout d'abord, qu'est-ce qui n'a pas fonctionné ?

Media playback is unsupported on your device
Simone Gbagbo: "C’est la joie"

"En termes simples, il semble que les juges ne soient pas convaincus que les preuves de l'accusation soient suffisantee pour justifier la poursuite du procès. L'année dernière, la Chambre de première instance a demandé à l'accusation un mémoire de mi-procès", explique, avant l'acquittement de M. Gbagbo, Mark Kersten, auteur de "Justice in Conflict".

"Ce faisant, elle met en doute la capacité de l'accusation à prouver hors de tout doute raisonnable la culpabilité de M. Gbagbo et de [son proche allié Charles] Blé Goudé, ainsi que le récit avancé par l'accusation concernant leur prétendu plan commun pour commettre des crimes", ajoute-t-il.

"Chaque fois qu'une affaire concernant des atrocités de masse atterrit à la CPI, cela nuit à la perception de la Cour en tant qu'institution crédible et efficace de la justice internationale. La CPI a besoin de victoires et elle accumule les pertes", souligne M. Kersten.

Image caption Avant l'audience, Jacqueline, proche de M. Gbagbo, avait préparé son champagne pour le verdict.

C'est important pour ceux qui ont cru à la raison d'être fondamentale de la CPI - un tribunal de dernier recours, prêt à agir lorsque les pays ne veulent pas ou ne peuvent pas engager eux-mêmes les poursuites.

Ces poursuites sont coûteuses. Les preuves doivent être irréfutables, pour éviter toutes sortes de critiques.

"C'est un mécanisme auquel de nombreux pays ont adhéré", rappelle Janet Anderson, une rédactrice de "Justice Tribune.

Media playback is unsupported on your device
L'une des avocates de Laurent Gbagbo, elle revient sur le refus de la CPI de le liberer

"Ceux qui ne se sont pas encore engagés s'y opposent avec véhémence: si la CPI est jugée incompétente d'une manière ou d'une autre, cela s'inscrit dans le cadre plus large du discours sur la question de savoir si c'est à chaque État nation qu'il revient de faire ce travail plutôt que de laisser la communauté internationale s'en charger", dit-elle.

Que s'est-il passé ?

Environ 3.000 personnes sont mortes dans les violences post-électorales consécutives à la décision de Laurent Gbagbo de s'accrocher au pouvoir en 2010, après la victoire de son adversaire Alassane Ouattara.

La Côte d'Ivoire n'était pas membre de la CPI, mais elle a accepté sa compétence.

Laurent Gbagbo a été assigné à résidence pendant sept mois avant d'être extradé sans cérémonie vers la capitale de la justice internationale - un fait que son procès devant la CPI, tout juste sorti du placard, ne pouvait dissimuler.

Lire aussi:

Ouattara amnistie Simone Gbagbo

Simone Gbagbo : une vie de combats

Je me souviens de la désorientation apparente du vieillissant politicien, lors de sa première comparution à La Haye, clignant les yeux derrière ses lunettes, apparemment gêné par les lumières vives.

À l'époque, Elise Keppler, de Human Rights Watch (HRW), s'est réjouie de son arrestation: "La CPI joue son rôle pour montrer que même ceux qui sont au plus haut niveau du pouvoir n'échappent pas à la justice lorsqu'ils sont impliqués dans des crimes graves."

HRW faisait partie de ceux qui demandaient au procureur d'enquêter rapidement sur les crimes présumés commis par les alliés de M. Ouattara.

Media playback is unsupported on your device
La Chambre de première instance doit revoir sa copie dans le procès de Laurent Gbagbo

Malgré les assurances de l'ancien procureur Luis Moreno Ocampo, le seul autre mandat de la CPI délivré à ce jour concernait Charles Blé Goudé, responsable des jeunes fidèles à Laurent Gbagbo.

Des slogans de joie, du genre "Que force reste à la justice", ont résonné jusqu'à La Haye.

Après huit ans d'enquête en Côte d'Ivoire, nombreux sont ceux qui se demandent encore si le procureur général Fatou Bensouda tiendra sa promesse de mener des poursuites dans les deux camps.

La CPI peut-elle poursuivre les acteurs étatiques ?

"Cela donne l'impression que la CPI n'est pas en mesure de faire son travail", dit Janet Anderson.

"Il est troublant de constater que le procureur n'a pas été en mesure de condamner efficacement des acteurs étatiques tels que le président Uhuru Kenyatta et le vice-président William Ruto du Kenya, l'ancien vice-président de la RDC, Jean-Pierre Bemba, et Laurent Gbagbo de la Côte d'Ivoire", déclare M. Kersten.

"Ce dernier revers pourrait avoir un effet dissuasif sur la réticence déjà apparente du procureur à cibler les acteurs étatiques. Nombreux sont ceux qui s'inquiètent donc du fait que la CPI est en train de devenir une institution où seuls les rebelles peuvent être poursuivis avec succès. Cela pourrait saper la crédibilité de la juridiction, vu le nombre de civils confrontés à la violence et aux atrocités commises par les dirigeants de leur pays", analyse Mark Kersten.

D'autres disent que cette affaire est toujours l'héritage de l'ancien procureur, le charismatique M. Ocampo.

Un instrument de justice néocoloniale ?

Le tribunal a trois suspects en détention, qui attentent leur jugement. Une enquête est en cours sur l'Afghanistan.

En outre, il y a des appels à ouvrir des enquêtes sur les régions palestiniennes, le Venezuela, l'Ukraine, les Philippines et la déportation des Rohingyas, de la Birmanie vers le Bangladesh.

Un acquittement de Laurent Gbagbo n'aura pas d'impact déstabilisateur majeur sur la CPI, mais symboliquement, il en ébranlera les fondations.

La décision d'aujourd'hui démontre l'indépendance et l'impartialité des juges, tout en soulevant des questions troublantes sur le rôle et l'orientation futurs de ce phare de la justice internationale qu'est la CPI.

Mais au moins, laisser un ancien président se promener librement rend plus difficile le discours selon lequel la Cour est un instrument de justice néocoloniale, utilisé seulement contre les dirigeants africains.

Comme le dit si bien Janet Andersion, "il est important aussi d'arriver à la conclusion que les gens ne sont pas coupables ou de trouver qu'il n'y a pas de motif de les poursuivre".

Sur le même sujet