Au Burkina Faso, le Premier ministre Thiéba démissionne

Paul Kaba Thiéba et ses collègues étaient confrontés à une recrudescence des attaques qui ont fait de nombreux morts. Copyright de l’image Getty Images
Image caption Paul Kaba Thiéba et ses collègues étaient critiqués à cause de la recrudescence des attaques.

Le Premier ministre du Burkina Faso, Paul Kaba Thiéba, a démissionné en même temps que l'ensemble des membres de son gouvernement.

Aucune raison n'a été donnée pour cette décision annoncée à la télévision nationale par le président burkinabè, Roch Marc Christian Kaboré, vendredi soir.

M. Thiéba, économiste de formation, dirigeait le gouvernement depuis janvier 2016.

Lire aussi:

Kaboré accusé de laxisme

Les députés burkinabè contre le terrorisme

Les ministres sortants sont invités à gérer les affaires courantes jusqu'à ce qu'un nouveau gouvernement soit constitué.

Roch Marc Christian Kaboré a exprimé sa gratitude à Paul Kaba Thiéba et à ses collègues. M. Kaboré a dit qu'il espérait bientôt former une nouvelle équipe gouvernementale.

Copyright de l’image FACEBOOK/LINKEDIN
Image caption Luca Tacchetto (à gauche) et Edith Blais (au centre) sont portés disparus au Burkina Faso, où Kirk Woodman (à droite) a été retrouvé mort.

Le Burkina Faso est confronté durant ces dernières années à une recrudescence des attaques djihadistes, en plus d'une "grogne sociale" que le gouvernement a du mal à contenir, selon notre correspondant à Ouagadougou.

Des disparitions de ressortissants étrangers ont eu lieu dans le pays, emmenant une partie des Burkinabè à réclamer la démission de Paul Kaba Thiéba et de ses ministres chargés de la Défense et de la Sécurité.

Une Canadienne de 34 ans, Edith Blais, et un Italien, Luca Tacchetto, 30 ans, sont portés disparus au Burkina Faso depuis la mi-décembre. Le couple se rendait au Togo pour travailler avec un groupe humanitaire.

Lire aussi:

La France réaffirme sa présence militaire au Sahel

Hausse du prix du carburant au Burkina

Un autre Canadien, Kirk Woodman, un géologue, a été enlevé par des hommes armés mardi soir, dans un camp d'exploration minière situé dans le nord du pays.

Son corps a ensuite été retrouvé, ont annoncé jeudi des sources officielles canadiennes. Personne n'a revendiqué son assassinat.

Des attentats meurtriers ont été perpétrés contre un café et l'ambassade de France à Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso.

L'état d'urgence est décrété dans plusieurs régions du pays depuis le 31 décembre.