Elections RDC: La victoire de Felix Tshisekedi confirmée

Felix Tshisekedi 10 janvier 2019 Copyright de l’image Reuters
Image caption Felix Tshisekedi est le leader du parti UDPS, fondé par son père

La Cour constitutionnelle de la République Démocratique du Congo a confirmé la victoire de Felix Tshisekedi.

Elle a dans le même temps rejeté le recours de l'opposant Martin Fayulu qui dit être le vainqueur de l'élection du 30 décembre .

L'Union Africaine avait demandé à la Cour de suspendre la publication de sa décision finale pour donner une chance à la mission de bons offices que l'organisation continentale projette d'envoyer en RDC lundi .

Lire aussi:

L'homme qui surpasse son père pour diriger la RDC

Comment la victoire de Tshisekedi s'explique-t-elle ?

Nouvelle configuration du pouvoir en RDC

Les juges ont estimé que la demande de M Fayulu est infondée et que l'opposant n'a pas introduit assez de preuves.

Ils ont dit que M Tshisekedi avait obtenu 38.6% des voix, contre 34.6% pour M Fayulu et 23.8% pour Emmanuel Ramazani Shadary, candidat du président sortant, Joseph Kabila.

L'autre requête relative au report de la présidentielle dans les provinces de Beni et Butembo est considérée comme " recevable mais non fondée " par la cour constitutionnelle qui a déclaré qu'il s'agissait d'un « cas de force majeur » du fait de l'épidémie du virus Ebola.

M Fayulu a rejeté les résultats publiés par la Cour constitutionnelle et se considère le président légitime de la RDC.

"Je demande par ailleurs à l'ensemble de la communauté internationale de ne pas reconnaître un pouvoir qui n'a ni légitimité ni qualité légale pour représenter le peuple congolais," a-t-il déclaré.

M Tshisekedi est le leader du parti UDPS fondé par son père Etienne, qui lui avait lutté pour diriger la RDC pendant plus de 30 ans.

Felix Tshisekedi sera le premier opposant à gagner des élections présidentiels en RDC, et ça sera le premier transfert de pouvoir pacifique dans le pays.

Les partisans de M Fayulu ont accusé M Tshisekedi d'avoir passé un accord avec M Kabila, ce que les proches de M Tshisekedi ont nié.