Un enseignant kenyan tué pour ‘avoir confisqué un téléphone’

Kenya Copyright de l’image Getty Images
Image caption Le drame est survenu à la suite de la confiscation d'un téléphone portable

Trois étudiants ont été arrêtés pour le meurtre d'un enseignant au Kenya après la confiscation d'un téléphone portable.

Peter Omari, professeur de physique à l'école secondaire Hopewell de Nakuru, a été agressé jeudi.

Son crime, avoir voulu faire respecter une disposition interdisant aux étudiants d'apporter des téléphones portables dans de nombreuses écoles du Kenya.

Cette décision a été prise pour lutter contre l'indiscipline et la tricherie notamment lors des examens.

Des fonctionnaires ont dit à la BBC que M. Omari avait supervisé des études du soir.

Le commissaire adjoint du comté, Elim Shafi, a déclaré que M. Omari rentrait chez lui à pied dans l'enceinte de l'école à Nakuru, à 150 km au nord-ouest de la capitale, Nairobi, lorsqu'il a été frappé à la tête.

A lire aussi : Interdiction de traverser la rue en regardant son téléphone

A lire aussi : La France interdit le téléphone portable dans les écoles

A lire aussi : Une ambassadrice rappelée faute de répondre au téléphone

Les attaques contre les enseignants et les écoles sont une préoccupation croissante pour les autorités, selon Mercy Juma de la BBC à Nairobi.

L'année dernière, un enseignant a été assassiné à la machette par des étudiants à Kisume, dans l'ouest du Kenya, après un échange houleux dans un bar.

En 2016, des élèves d'un internat de Kisii ont incendié les dortoirs après avoir été empêchés de regarder une retransmission en direct d'un match de football de l'Euro 2016.

Les élèves ont mis le feu à sept dortoirs de l'école et ont tenté d'endommager les biens de l'école de filles voisine.

Le gouverneur du comté de Kisii, James Ongwae, avait souligné lors au lendemain de cet acte criminel que "les efforts des équipes d'intervention des sapeurs-pompiers et de la police pour atteindre les lieux ont été entravés par les étudiants indisciplinés".

Les étudiants avaient causé des millions de shillings de perte à leur établissement.

Sur le même sujet