"Quand j'ai mis les pieds au Cameroun, j'ai versé des larmes de joie"

Jessica Little et Clevlyn Anderson rencontrent leur famille Bamoun à Foumban au Cameroun pour la première fois. Copyright de l’image Ada Anagho Brown
Image caption Jessica Little et Clevlyn Anderson rencontrent leur famille Bamoun à Foumban au Cameroun pour la première fois.

Le président du Ghana Nana Akufo-Addo a déclaré l'année 2019 " l'année du retour " pour les Afro-américains.

Dans cet article, nous irons à la rencontre de certains d'entre eux qui ont recours aux tests ADN pour savoir de quels pays d'Afrique leurs ancêtres étaient originaires.

Une occasion de retrouver leurs familles et même, de changer de nom pour adopter un patronyme africain.

Les Afro-américains représentent 14 % de la population américaine

1619-2019… Cela fera 400 ans, à la fin du mois d'août que 20 africains foulaient le sol de ce qui allait devenir plus tard les Etats-Unis. Ils sont les premiers noirs à avoir été emmenés dans ce pays en tant qu'esclaves. Cette année, on commémore leur arrivée en Virginie dans la colonie anglaise de Point Comfort.

Selon le groupe de chercheurs afro-américains, Trans-Atlantic Slave Trade Database, 388 000 africains auraient été débarqués en Amérique du Nord pendant la période de la traitre négrière.

Lire aussi :

Médecine: jusqu'où ira l'innovation?

Des tests d’ADN pour retrouver les enfants des prêtres

En 2017, il y avait 45 millions d'afro-américains, soit 14 % de la population américaine.

J'ai pu retrouver 30 de mes cousins grâce au test ADN

Avec l'apparition des tests ADN bon marché de plus en plus d'afro-américains cherchent à savoir de quels pays d'Afrique ils viennent. Moyennant quelques dizaines de dollars et un peu de salive collectée dans un tube, on peut vous décliner la liste des régions ou pays d'Afrique dont vous êtes originaires.

AdaEze Naja Njoku, ancienne militaire afro-américaine, a commencé cette exploration en 2008. Plus tard, lorsqu'elle a entendu le message du président ghanéen, Naja dit s'être sentie accueillie.

Copyright de l’image AdaEze Naja Njoku
Image caption AdaEze Naja Njoku, cofondatrice d'African Royal DNA

" Je voulais savoir d'où je venais. Quand j'ai reçu mes résultats (test ADN), j'ai décidé aussitôt d'aller en Afrique. J'ai fait beaucoup de recherches avant de partir au Cameroun. J'ai voyagé en 2010 ", raconte Naja.

Pour elle, il s'agissait d'un retour à "la maison" et elle était sûre que son fils de 6 semaines avec qui elle s'était rendue au Cameroun, allait commencer sa vie du bon pied.

" J'ai reçu un accueil extraordinaire sur place. Ma nouvelle famille m'a confié la responsabilité de retrouver d'autres membres de notre parenté et de les ramener à la maison ", explique-t-elle.

Sauf qu'à l'époque les tests ADN permettaient de retrouver le pays ou la région dont les gens étaient originaires en Afrique mais pas de faire des connections avec d'autres personnes pour établir un lien de parenté remontant à plusieurs générations. Un progrès que la science permet désormais.

Lire aussi :

L’ADN pour démanteler les réseaux de contrebande d'ivoire

L'ADN de Ronaldo demandé pour une affaire de viol présumé

" Il m'a fallu 7 ans pour trouver des cousins mais aujourd'hui j'en ai 30. Ils m'ont raconté l'histoire de leurs familles. Je suis Ibo, Peul et Yoruba. J'ai désormais trouvé une pièce manquante de mon histoire et de ma vie. Mes nouveaux parents m'appellent chaque semaine pour prendre de mes nouvelles. Ils me donnent un vrai sens de la famille ", confie Naja.

D'ou viens-tu vraiment?

Ce sens de la famille retrouvée, Angela Hicks, une autre afro-américaine l'a expérimenté. La curiosité d'en savoir plus sur ses origines africaines l'a piquée il y a quelques années quand des participants africains, rencontrés à un séminaire, ont demandé à cette fonctionnaire américaine d'où elle venait. Une question à laquelle tout le monde peut répondre sauf la plupart des afro-américains qui n'en ont aucune idée:

" Je suis rapidement devenue accro, j'ai fait des tests dans trois laboratoires différents ! ", confie-t-elle dans un grand éclat de rire. Les résultats des différents tests étaient cohérents.

Copyright de l’image Darcia Petty
Image caption Angela Hicks, lors d'une cérémonie d'attribution de nom africain avec sa "cousine ADN" Dorice Petty

Les afro-américains sont souvent un agrégat de plusieurs pays et tribus africaines:

" J'ai du sang essentiellement ghanéen, nigérien et congolais du côté de mon père et malgache, ainsi que d'Afrique du Nord, du côté de ma mère ", explique Angela.

Grâce aux nouveaux tests elle a pu retrouver 7 cousins et entrer en contact avec eux.

" J'ai mon album dédié aux cousins sur Facebook ", mentionne-t-elle.

Facebook est aussi un lieu où elle échange avec d'autres Afro-américains qui, comme elle, ont choisi de retracer leurs racines africaines grâce aux tests ADN. DNA Tested African Descendants, le groupe créé par Naja (citée plus haut), dont fait partie Angela, compte plus de 12.000 membres.

"Dans les groupes, nous partageons beaucoup d'informations sur l'Afrique et la culture des différents groupes ethniques. Nous sortons du schéma de parler seulement de pauvreté et de guerre au sujet du continent".

Angela raconte que quand un membre du groupe retrouve un parent, c'est un vrai événement pour tout le monde, surtout si le parent africain accepte le contact ne serait-ce que par téléphone ou email.

"C'est vraiment douloureux quand ils ne nous répondent pas", ajoute-t-elle.

'La plupart des Afro-Américains se sentent un peu comme des orphelins'

Mettre en relation parents africains et enfants perdus américains, c'est une mission que s'est fixée Ada Anagho Brown. La camerounaise élevée aux Etats-Unis est devenue pour beaucoup un pont à travers l'océan Atlantique.

Elle organise des missions en Afrique pour collecter de l'ADN afin de pouvoir améliorer la précision des tests et organise des voyages de retour aux racines avec sa société Roots to Glory.

Copyright de l’image Ada Anagho Brown
Image caption Ada Anagho Brown, fondatrice de "Roots to Glory"

Ses missions de collecte à travers "l'African royal DNA project" l'a déjà conduite au Bénin, au Cameroun, au Ghana, en Côte d'Ivoire et au Congo-Brazzaville.

Elle constitue ainsi peu à peu une base de données de l'ADN des familles royales africaines. Ces familles ont l'avantage d'être moins soumises aux influences des migrations. Elles ont aussi des arbres généalogiques précis qui remontent sur plusieurs générations.

" Pour des Afro-Américains découvrir un lien de parenté en Afrique, c'est retrouver sa famille. C'est la même chose du côté africain. Le roi de Porto-Novo au Bénin a vraiment ressenti cette tristesse intérieure quand il a pu mesurer concrètement, grâce aux tests ADN, le nombre important de parents qui avaient été arrachés à sa famille ", pointe Ada.

Selon elle, le recours aux tests ADN est de plus en plus fréquent chez les Afro-Américains. Le film Black Panther et le message du président ghanéen ont résonné comme des détonateurs.

" Beaucoup ont voulu savoir de quelle partie du Wakanda ils venaient et je reçois chaque jours des coups de téléphone de personnes me demandant comment faire pour aller au Ghana ? "

La science tâtonne encore car les laboratoires qui font les tests n'ont pas encore suffisamment d'ADN-type africain pour donner toutes les informations. Chez certains laboratoires, les résultats s'affinent mois après mois et les résultats des tests bougent.

Regarder aussi:

Media playback is unsupported on your device
Le Ghana invite sa diaspora à rentrer

Lire plus