La reine chinoise du trafic d’ivoire emprisonnée en Tanzanie

Yang Fenglan quitte la cour, Dar Es Salaam, 2016 Copyright de l’image AFP
Image caption Yang Fenglan était une figure de proue du monde des affaires au moment de son arrestation

La Tanzanie a condamné Yang Fenglan, une femme d'affaires chinoise surnommée la "reine d'ivoire", à 15 ans de prison pour trafic de centaines de défenses d'éléphants.

Yang a été accusé de diriger l'un des plus grands réseaux de contrebande d'ivoire d'Afrique, responsable de la contrebande de 2,5 millions de dollars de défenses provenant de quelque 400 éléphants.

Deux Tanzaniens ont également été reconnus coupables d'implication dans ce lucratif business illégal.

Le braconnage de l'ivoire aurait causé un déclin de 20% de la population d'éléphants d'Afrique au cours de la dernière décennie.

L'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), un organisme mondial de protection de l'environnement, affirme que la population d'éléphants d'Afrique est passée à 415.000, soit une baisse de 110.000 individus au cours des 10 dernières années, en raison du braconnage.

Media playback is unsupported on your device
Au Tchad, un rempart contre le braconnage de l'éléphant

A lire aussi

Interdiction du trafic d'ivoire aux Etats-Unis

Trafic d'ivoire: six personnes arrêtées

Le Togo carrefour du trafic d'ivoire

Media playback is unsupported on your device
La Chine va interdire le commerce de l'ivoire d'ici la fin de l'année

Le commerce illicite est alimenté par la demande de la Chine et de l'Asie de l'Est, où l'ivoire est utilisé pour fabriquer des bijoux et des ornements.

Mme Yang a été reconnue coupable de faits liés à la contrebande d'environ 800 pièces d'ivoire entre 2000 et 2014 de la Tanzanie vers l'Extrême-Orient.

Les deux autres complices tanzaniens ont également été emprisonnés pour 15 ans pour des charges similaires.

Copyright de l’image AFP
Image caption Il y a un énorme marché noir pour les produits en ivoire importés en Chine

Le tribunal de Dar Es Salaam, la principale ville de Tanzanie, a ordonné la saisie des biens de Mme Yang. Elle faisait l'objet d'une enquête depuis plus d'un an lorsqu'elle a été arrêtée en 2015, à la suite d'une course poursuite.

A lire aussi

Un expert du braconnage tué au Kenya

Malawi : l'armée britannique en renfort contre le braconnage

Au moment de son arrestation, Mme Yang était une femme d'affaires éminente qui exploitait un restaurant chinois ainsi qu'une société d'investissement à Dar Es Salaam.

Parlant couramment le swahili, elle vivait et travaillait en Tanzanie depuis les années 1970 et avait été vice-présidente du China-Africa Business Council of Tanzania.

Les défenseurs de l'environnement ont salué son arrestation parce qu'elle était considérée comme celle qui jouait un rôle central dans le commerce illégal de l'ivoire en Afrique. La plupart des arrestations concernaient des trafiquants de seconde zone.

Media playback is unsupported on your device
Noix de cajou, pomme de discorde

Sur le même sujet