Macky Sall déclaré vainqueur de la présidentielle au Sénégal

Macky Sall, le candidat de la coalition Benno Bokk Yaakaar Copyright de l’image Getty Images
Image caption Macky Sall, le candidat de la coalition Benno Bokk Yaakaar

Macky Sall a été donné vainqueur de l'élection présidentielle sénégalaise avec 58,27 % des votes, selon les résultats officiels provisoires publiés jeudi par la Commission nationale de recensement des votes (CNRV).

Le candidat de la coalition Benno Bokk Yaakaar (BBY) est suivi d'Idrissa Seck, qui obtient 20,50 % des suffrages. Ousmane Sonko est arrivé troisième avec 15,67 % des voix, selon les chiffres donnés par le magistrat Demba Kandji, président de la CNRV.

L'universitaire Issa Sall a obtenu 4,07 % des suffrages, et l'ancien ministre Madické Niang a eu 1,48 % des voix. Le taux de participation est de 66,25 %, selon le président de la CNRV.

Dans une déclaration commune, les quatre candidats de l'opposition ont fait savoir qu'ils ne déposeront pas de recours auprès du Conseil constitutionnel. .

Lire aussi:

Cinq candidats retenus pour la présidentielle au Sénégal

La campagne présidentielle au Sénégal en images

La Cour suprême rejette le recours de Khalifa Sall

Au Sénégal, le gouvernement minimise les menaces de Wade

"Macky Sall a confisqué la volonté du peuple"

Les candidats de l'opposition ont rejeté les résultats. Dans une déclaration lue par Idrissa Seck, ils ont fait savoir qu'ils ne déposeront pas de recours.

Par contre, ils ont accusé le président sortant "d'avoir confisqué la volonté des Sénégalais".

Ecoutez-le ici:

Media playback is unsupported on your device
Sénégal - Election : "Nous ne déposerons pas de recours", dit Idrissa Seck

Pas de second tour

Macky Sall remporte donc l'élection présidentielle au premier tour, selon ces résultats.

Des responsables des principales coalitions s'étaient exprimées au soir du vote sur l'issue du scrutin.

Le Premier ministre Mahammed Dionne avait annoncé la réélection de Macky Sall, estimant que les premiers résultats disponibles créditaient son candidat de 57 % au moins des voix.

Sa déclaration avait suscité une vive indignation dans le pays, où on a reproché au chef du gouvernement d'annoncer des résultats avant les institutions habilitées à le faire.

"Personne n'a le droit de publier des résultats de l'élection, à part la Commission nationale de recensement des votes et le Conseil constitutionnel", avait rapellé Demba Kandji.

Media playback is unsupported on your device
"Personne n’a le droit de publier des résultats, à part la Commission nationale de recensement des votes et le Conseil constitutionnel", rappelle le magistrat Demba Kandji.

De leurs côtés, les candidats Idrissa Seck et Ousmane Sonko avaient exigé la tenue d'un second tour, accusant certains médias de publier ce qu'ils considéraient comme de faux résultats.

Leur attitude avait été dénoncée par le Syndicat national des professionnels de l'information et de la communication du Sénégal (Synpics). Pour ce dernier, les journalistes n'avaient donné que les résultats publiés par les bureaux de vote.

Ambiance postélectorale

La porte-parole de la coalition BBY, Aminata Touré, ancien Premier ministre, a demandé aux militants du candidat réélu de célébrer leur victoire dans le fair-play.

Quelques heures avant la publication des résultats, les militants de la coalition Idy 2019 ont exigé la tenue d'un second tour de l'élection, estimant qu'aucun candidat ne pouvait sortir vainqueur dès le premier tour.

Qui est Macky Sall ?

Copyright de l’image Getty Images
Image caption Macky Sall lors de la campagne électorale

Le président réélu a été maire de Fatick (ville du centre) et directeur général de la société nationale pétrolière. Il a été plusieurs fois ministre, puis député, Premier ministre et président de l'Assemblée nationale.

Il a été militant d'AJ/PADS avant de rejoindre le Parti démocratique sénégalais (PDS), la formation de son ancien mentor Abdoulaye Wade, son adversaire au second tour de l'élection présidentielle de février-mars 2012.

Lire aussi :

Macky Sall ou la fulgurante ascension politique au Sénégal

El Hadji Issa Sall, l'universitaire qui se verrait bien président du Sénégal

Madické Niang, réaliste ou opportuniste ?

Ousmane Sonko, le "patriote"

Idrissa Seck : la dernière chance ?

La politique économique de Macky Sall repose sur le Plan Sénégal émergent, financé pour une bonne partie par les partenaires économiques de l'Etat.

En décembre dernier, le gouvernement a obtenu des promesses de financements supplémentaires de l'ordre de 7.356 milliards de francs CFA.

L'opposition lui reproche de s'immiscer dans le fonctionnement de la justice, notamment avec l'emprisonnement de l'opposant Khalifa Sall pour deniers publics, ce qu'il a toujours nié.

Il a nommé des membres de sa famille, dont son frère Aliou, à de hautes fonctions, contrairement à des promesses qu'il a faites en 2012.

Qu'attendent les jeunes du futur président? Réponse dans cette vidéo:

Media playback is unsupported on your device
Sénégal - élection : les jeunes veulent un changement radical