"Attentat à la mémoire" de Thomas Sankara

La statue de Thomas Sankara n'en finit pas de susciter des réactions sur les réseaux sociaux. Copyright de l’image Getty Images
Image caption La statue de Thomas Sankara n'en finit pas de susciter des réactions sur les réseaux sociaux.

La représentation de Thomas Sankara dévoilée en clôture du Fespaco sur le lieu du mémorial consacré au héros Burkinabè n'a pas du tout convaincu les ouagalais.

Cette statue restera sans doute célèbre dans l'histoire des plus gros "ratés" artistiques. Visage au traits grossiers, erreur sur le nom, l'œuvre d'art du sculpteur Burkinabè Jean-Luc Bambara ne cesse de déchaîner toutes sortes de réactions sur la Toile depuis 48 heures.

Copyright de l’image DR
Image caption Les internautes relèvent le peu de ressemblance entre la statue et son modèle.

Lire aussi au sujet de Thomas Sankara :

Macron promet de "déclassifier" le dossier Sankara

Sankara, vie et mort d'un "héros africain"

Pourquoi Sankara est-il une icône africaine

Colère, incompréhension, hilarité, les Burkinabè cherchent à trouver des responsabilités dans ce qu'il conviendrait de qualifier "d'attentat à la mémoire" de l'ancien président, devenu une icône nationale et internationale.

Les concepteurs de la statue ont expliqué dans la presse que celle-ci ne pouvait être réellement appréciée qu'à une distance de 200 mètres.

Copyright de l’image FASOZINE
Image caption Le sculpteur Jean-Luc Bambara a expliqué que sa statue ne pouvait être appréciée qu'à 200 mètres.

Les explications du sculpteur ont peu convaincu et déclenché d'hilarants 200 mètres challenge sur Facebook.

Copyright de l’image DR
Image caption Les explications du sculpteur ont peu convaincu les internautes burkinabè.

En plus du peu de ressemblance avec son modèle, le nom abrégé sur l'uniforme comporte une faute d'orthographe que n'ont pas manqué de relever les Burkinabè.

Le Comité International du Mémorial Thomas Sankara (CIMTS) a, dans un communiqué, tenu à rassurer les populations que des corrections seront apportées à la statue.

"Le CIMTS rassure les personnes qui, à juste titre, ont noté que les traits et la forme du visage sur la statue ne reflètent pas ceux du visage de Sankara, que leur préoccupation sera bientôt résolue dans le cadre du processus de finition de l'œuvre. En effet, il est prévu d'apporter les derniers recadrages après l'implantation de la statue en tenant compte des distances, volumes et angles de vision. Les dernières corrections seront donc portées."

A regarder :

Media playback is unsupported on your device
Saviez-vous vraiment tout sur l’assassinat de Thomas Sankara?

Sur le même sujet