En Algérie, l'armée ‘exige’ le départ du président Bouteflika

Algérie Copyright de l’image Getty Images
Image caption L'armée estime "être en phase" avec le peuple

Le chef d'état-major de l'armée algérienne a exigé que le président Abdelaziz Bouteflika soit déclaré inapte à gouverner après des semaines de manifestations contre lui dans le pays.

"Nous devons trouver un moyen de sortir immédiatement de cette crise, dans le cadre constitutionnel", a déclaré le général Ahmed Gaed Salah dans un discours à la télévision.

Le président a déjà accepté de ne pas se présenter pour un cinquième mandat aux prochaines élections, qui ont été retardées.

A lire aussi:

Bouteflika veut rester au pouvoir après l'expiration de son mandat

Les manifestations en Algérie ne s'essoufflent pas

Mais les manifestants l'accusent de mettre en place un stratagème pour prolonger son "règne" de 20 ans.

Des pourparlers ont été engagés pour négocier l'avenir politique de l'Algérie. Ils seront menés par Lakhdar Brahimi, ancien diplomate de l'ONU.

Les manifestations ont commencé il y a plus d'un mois lorsque le président de 82 ans a déclaré qu'il avait l'intention de briguer un nouveau mandat.

Mais les populations ont continué les mouvements de protestations contre lui, même après qu'il a accepté de ne pas se présenter; les manifestants exigent plutôt un changement dans l'immédiat.

Le lieutenant-général Gaed Salah a déjà dit que les militaires et le peuple avaient une vision commune de l'avenir, faisant allusion au soutien des forces armées aux manifestants.

A lire aussi:

Les dates-clés de la vie d'Abdelaziz Bouteflika

En Algérie, Bouteflika renonce à un 5e mandat

Qu'a dit le chef de l'armée ?

Dans son allocution diffusée sur la chaîne publique 3, le chef d'état-major et vice-ministre de la défense a déclaré que la Constitution était "la seule garantie de préserver une situation politique stable".

Il a appelé à l'utilisation de l'article 102, qui permet au Conseil constitutionnel de l'Algérie de déclarer le poste de président vacant si le dirigeant n'est pas apte à gouverner.

"Cette solution fait l'objet d'un consensus et doit être acceptée par tous", a déclaré le lieutenant-général Gaed Salah sous les applaudissements des officiers qui ont suivi le discours.

Media playback is unsupported on your device
"Le mouvement de protestation en Algérie est historique à plusieurs égards"

Sur le même sujet