Le pape François entame une visite au Maroc

Le roi du Maroc a invité le pape François à passer deux jours dans son pays. Copyright de l’image Getty Images
Image caption Le roi du Maroc a invité le pape François à passer deux jours dans son pays.

L'avion du pape s'est posé en début d'après-midi à Rabat, où il s'est rendu à l'invitation de Mohammed VI, roi du Maroc, pour une visite placée sous le signe du "dialogue interreligieux" et les migrations, selon les autorités marocaines.

L'Agence France-Presse annonce que le pape François a défendu samedi "la liberté de conscience" et "la liberté religieuse" qui, rappelle-t-il, permettent à chacun de vivre selon sa propre conviction religieuse.

"La liberté de conscience et la liberté religieuse - qui ne se limitent pas à la seule liberté de culte, mais qui doivent permettre à chacun de vivre selon sa propre conviction religieuse - sont inséparablement liées à la dignité humaine", a-t-il souligné, appelant les croyants à "vivre en frères".

Le pape François a également jugé "indispensable d'opposer au fanatisme et au fondamentalisme la solidarité de tous les croyants".

Lire aussi :

Au Vatican, une loi pour protéger les enfants d'abus sexuels

La rédaction d'une revue féministe du Vatican jette l'éponge

Après un tête-à-tête avec Mohammed VI au palais royal, le pape se rend samedi à l'Institut de formation des imams qui accueille des Marocains, mais aussi des étrangers d'une dizaine de pays.

Il s'est dit heureux de visiter ce centre promu par le roi du Maroc pour "fournir une formation adéquate et saine contre toutes les formes d'extrémisme".

Son hôte, le roi du Maroc, a fustigé le "radicalisme" religieux et appelé à lutter contre par "l'éducation".

"Ce que tous les terroristes ont en commun n'est pas la religion, c'est précisément l'ignorance de la religion. Il est temps que la religion ne soit plus un alibi pour ces ignorants, pour cette ignorance, pour cette intolérance", a déclaré Mohammed VI.

"L'éducation" doit être le pilier de la lutte contre l'extrémisme", a-t-il affirmé lors d'un discours aux côtés du pape François, devant des milliers de Marocains.