L'Union africaine fixe un délai de trois mois pour la transition au Soudan

Le chef de l'Etat égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, président en exercice de l'Union africaine Copyright de l’image Getty Images
Image caption Le chef de l'Etat égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, président en exercice de l'Union africaine

Cette décision prolonge le délai de 15 jours fixé par l'UA la semaine dernière. Le chef de l'Etat égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, président en exercice de l'organisation panafricaine, a reconnu que les nouveaux dirigeants soudanais ont besoin de plus de temps pour passer la main.

L'Egypte, pays voisin du Soudan, ainsi que des représentants de plusieurs pays africains dont l'Ethiopie, le Nigeria, le Rwanda et l'Afrique du Sud, ont convenu de la nécessité d'accorder aux autorités militaires et aux acteurs politiques soudanais davantage de temps "pour mener à bien (...) une transition pacifique et démocratique".

Lire aussi :

Au Soudan, de hauts responsables proches d'el-Béchir limogés

L'UA lance un ultimatum aux dirigeants militaires du Soudan

Le Conseil de paix et de sécurité de l'Union africaine avait menacé, le 15 avril, de suspendre le Soudan si l'armée ne quittait pas le pouvoir 15 jours plus tard au profit d'une "autorité politique civile".

"Nous avons souligné ce jour l'urgence d'un rétablissement d'un système constitutionnel par le biais d'une transition politique démocratique menée par les Soudanais eux-mêmes", a affirmé Abdel Fattah al-Sissi dans une déclaration faite au Caire à la fin d'une réunion consacrée à la situation politique au Soudan.

Copyright de l’image EPA
Image caption Le général Abdul Fatah al-Burhan déclare être prêt à abandonner le pouvoir si les acteurs politiques trouvent un dirigeant de consensus.

Le général Abdul Fatah al-Burhan, qui dirige le Conseil militaire de transition, a déclaré à la BBC qu'il était prêt à démissionner d'ici quelques jours si l'opposition parvenait à trouver un dirigeant de consensus.

Il a promis de ne pas utiliser la force publique pour réprimer les manifestants qui continuent d'assiéger le siège de l'armée à Khartoum, la capitale, pour contraindre les militaires à remettre le pouvoir aux civils.

Lire aussi :

Au Soudan, les manifestants suspendent le dialogue avec l'armée

130 millions de dollars saisis chez Omar El-Bechir

Le Conseil militaire de transition dirige le pays depuis la destitution le 11 avril du président Omar el-Béchir sous la pression de la rue.

Les militaires ont jusque-là résisté aux appels du mouvement de contestation à un transfert immédiat du pouvoir à une autorité civile.

Sur le même sujet