Au Soudan, militaires et civils trouvent un accord

Amjad Farid, un porte-parole de l'Association des professionnels du Soudan, le mouvement à la pointe des manifestations antigouvernementales au Soudan Copyright de l’image Getty Images
Image caption Amjad Farid, un porte-parole de l'Association des professionnels du Soudan, le mouvement à la pointe des manifestations antigouvernementales au Soudan

Le Conseil militaire de transition et les leaders de la contestation ont repris dimanche les pourparlers en vue de la formation d'un gouvernement civil, un peu plus de deux semaines après la destitution du président Omar el-Béchir par l'armée.

"Nous sommes parvenus à un accord sur un conseil conjoint entre les civils et l'armée", a déclaré Ahmed al-Rabia, qui a participé à la première réunion d'un comité conjoint regroupant des représentants des deux camps.

Lire aussi :

Au Soudan, la pression s'accentue sur la junte

L'UA fixe un délai de trois mois pour la transition au Soudan

"Nous menons actuellement des consultations pour décider du pourcentage de civils et de militaires dans le conseil conjoint", a-t-il dit, cité par l'Agence France-Presse.

C'est une percée majeure dans la crise survenue après la destitution de M. Béchir.

Copyright de l’image EPA
Image caption Les manifestants ont maintenu la pression sur le Conseil militaire de transition pour l'emmener à céder le pouvoir.

L'accord conclu par les deux parties répond aux revendications des milliers de manifestants qui assiègent depuis trois semaines le quartier général de l'armée à Khartoum pour réclamer le transfert du pouvoir aux civils.

Les deux parties discuteront également d'un calendrier des élections générales.

Après la destitution de M. Béchir, au pouvoir pendant près de trois décennies, les manifestants ont maintenu la pression sur le Conseil militaire de transition pour l'emmener à céder le pouvoir.

Ils exigent aussi que M. Béchir et les principaux responsables de son régime soient jugés.

Sur le même sujet