Une partie de l'opposition entre dans le gouvernement au Mali

Le premier ministre Boubou Cisse a formé un gouvernement de 36 ministres et 2 secrétaires d'état Copyright de l’image Reuters
Image caption Le premier ministre Boubou Cisse (photo) a formé un gouvernement de 36 ministres et 2 secrétaires d'état

Le Premier ministre, Boubou Cissé conserve le portefeuille de l'Économie et des finances qu'il détenait dans le précédent gouvernement, mais avec l'appui d'une ministre déléguée, chargée du Budget.

L'opposant Tiébile Dramé, président du parti PARENA et ancien directeur de campagne de Soumaïla Cissé lors de la présidentielle de 2018 hérite du portefeuille des affaires étrangères.

Il remplace Kamissa Kamara, désormais chargée de l'Economie numérique et de la Prospective.

Ecouter aussi:

Media playback is unsupported on your device
Tiébilié Dramé, le directeur de campagne du candidat Soumaila Cissé est notre invité.

L'Union pour la république et la démocratie (URD) de Soumaïla Cissé n'a pas signé cet accord, mais a en revanche annoncé qu'elle continuerait à "animer une opposition constructive", tout en se disant ouverte au dialogue avec le gouvernement.

Lire aussi:IBK annonce l’ouverture de concertations nationales

Les deux autres membres de l'opposition à rejoindre le nouveau gouvernement sont Hamadoun Dicko comme ministre du dialogue social, du travail et de la fonction publique et Amadou Thiam en charge des réformes institutionnelles et des relations avec la société civile.

Dans un contexte de recrudescence des attaques dans le centre, le ministère clé de la Défense change de main et revient au général Ibrahim Dahirou Dembélé. Il a été chef d'état-major des armées sous la junte issue du putsch d'Amadou Sanogo en mars 2012.

Boubou Cissé avait été porté à la tête du gouvernement après la démission de Soumeylou Boubeye Maiga le mois dernier.

Lire aussi:Au Mali, l'économiste Boubou Cissé nommé Premier ministre

Visé par une motion de censure des députés de la majorité et de l'opposition, le départ de Soumeylou Boubeye Maiga était réclamé par plusieurs organisations de la société civile qui dénonçaient son incapacité à mettre fin à la crise sécuritaire.

Sur le même sujet

Lire plus