Des centaines d'enfants soldats démobilisés au Nigeria

Des enfants participent à une cérémonie marquant leur démobilisation, à Maiduguri, vendredi 10 mai 2019. Copyright de l’image Getty Images
Image caption Des enfants participent à une cérémonie marquant leur démobilisation, à Maiduguri, vendredi 10 mai 2019.

Il y avait, selon l'UNICEF, l'agence de l'ONU chargée de l'enfance, 106 filles parmi les 894 enfants retirés des rangs de la "Civilian Joint Task Force", une milice créée en 2013 à Maiduguri, dans le nord-est du Nigeria, pour aider l'armée à combattre Boko Haram.

Les enfants démobilisés vont participer à des programmes de réintégration, ce qui les aidera à retourner à la vie civile.

"Ils ont été utilisés par des groupes armés dans des rôles de combat (…) et ont été témoins de tueries et de violences", a déclaré Mohamed Fall, le représentant de l'UNICEF au Nigeria.

"Nous continuerons à nous battre jusqu'à ce qu'il n'y ait plus un seul enfant dans les rangs des groupes armés au Nigeria", écrit M. Fall dans un communiqué.

Lire aussi :

Des enfants soldats libérés au Nigeria

Au Nigéria, le refus de scolariser les enfants sanctionné

Des enfants utilisés comme "bombe humaine"

Selon lui, plusieurs milliers d'enfants sont encore dans les rangs des milices civiles créées pour protéger les communautés du groupe djihadiste Boko Haram.

"Depuis septembre 2017, lorsque la CJTF -Civilian Joint Task Force- a signé un accord s'engageant à prendre des mesures contre l'utilisation d'enfants dans les troupes, 1 727 enfants et adolescents ont été libérés, et il n'y a pas eu de nouveau recrutement", affirme Mohamed Fall.

Selon un rapport de l'Organisation internationale du travail (OIT) de 2017, le Nigeria comptait plus de 15 millions d'enfants de 5 à 14 ans forcés à travailler, "dont certains sont utilisés comme soldats dans les conflits armés".

Les combats entre l'armée nigériane et Boko Haram a fait des milliers de morts et de déplacés depuis 2009, notamment dans le nord-est du Nigeria.