Festival de Cannes : la Sénégalaise Mati Diop en compétition

Mati Diop, la réalisatrice du long métrage "Atlantique", le seul film venu d'Afrique à être présenté en compétition officielle du Festival de Cannes 2019. Copyright de l’image Getty Images
Image caption Mati Diop, la réalisatrice du long métrage "Atlantique", le seul film venu d'Afrique à être présenté en compétition officielle du Festival de Cannes 2019.

"Atlantique", le premier long métrage de Mati Diop, est le seul film venu d'un pays africain à être sélectionné pour la compétition officielle du 72ème Festival de Cannes, dans le sud-est de la France.

Ce film est une fable à la fois politique et onirique sur le sort des migrants et la jeunesse dakaroise.

Mati Diop, 36 ans, a grandi en France. Elle est la nièce du défunt cinéaste sénégalais Djibril Diop Mambéty, réalisateur du long métrage "Hyènes", le dernier film sénégalais à prendre part à la compétition officielle du Festival de Cannes en 1992.

Lire aussi :

Cinéma : une Sierra Léonaise inspire Madonna

Cinéma : la passion "Kannywood" au Niger

La réalisatrice est la fille du musicien sénégalais Wasis Diop. Elle s'est fait connaître du monde du cinéma en 2013, l'année de la sortie de son moyen métrage documentaire "Mille soleils".

Dans "Atlantique", premier film sénégalais en compétition officielle à Cannes depuis 27 ans, l'ancienne étudiante en arts plastiques raconte la traversée en mer d'un jeune migrant depuis les côtes sénégalaises.

"Le fort accent expérimental du film de Mati Diop a à voir avec un souci de ne pas mettre son cinéma dans une case. Un côté plastique, un environnement coloré, des flous délibérés dans le scénario, une esthétique de création et d'expression d'un discours sur la société, la politique, l'économie, l'environnement…" analyse le journaliste culturel et critique de cinéma sénégalais Aboubacar Demba Cissokho, dans son blog.

Copyright de l’image Getty Images
Image caption Mati Diop (2ème à partir de la droite) en compagnie des acteurs du film "Atlantique", au 72ème Festival de Cannes, le 16 mai 2019.

"J'ai passé du temps à Dakar à ce moment-là, et je me suis pris en pleine face les réalités complexes et sensibles du phénomène qu'on appelait à l'époque l'émigration clandestine", a raconté Mati Diop à l'Agence France-Presse (AFP).

"Une fois ce film monté, terminé, j'ai senti que j'avais encore énormément de dimensions, de choses à explorer. (...) J'ai eu l'envie et l'idée de raconter la disparition d'une certaine jeunesse en mer de cette époque-là, à travers le point de vue d'une jeune fille", explique-t-elle.

Mati Diop raconte l'histoire d'une héroïne de la banlieue populaire de Dakar, amoureuse d'un ouvrier travaillant sur un chantier et sans salaire depuis des mois.

Lire aussi :

Le retour du cinéma congolais après 25 ans d'absence

Un film rwandais décroche l'Étalon d'or de Yennenga au Fespaco

Le jour où l'ouvrier décide de quitter le pays par la mer pour chercher un avenir meilleur en Europe, la vie de la jeune fille bascule.

Plongée dans une attente angoissante, devant épouser un autre homme, elle se retrouve au bout de quelques jours au cœur de phénomènes étranges : un incendie a lieu pendant sa fête de mariage et des fièvres inexpliquées frappent les filles du quartier. Au moment où certains affirment avoir vu l'ouvrier dont il est amoureux.

"Atlantique" est "un film sur la hantise et l'envoûtement, sur l'idée que les fantômes prennent naissance en nous", a dit sa réalisatrice à l'AFP.

Son film parle aussi de la jeunesse sénégalaise, qui s'était soulevée en 2011-2012 avec le mouvement "Y'en a marre", l'un des acteurs de l'alternance politique de la même année au Sénégal.

Sur le même sujet