Six chefs traditionnels révoqués au Tchad

Copyright de l’image Getty Images
Image caption Le Gouvernement de Idriss Deby vient de révoquer des chefs traditionnels

C'est par deux arrêtés du ministre de l'administration du territoire et de la gouvernance locale que les dignitaires traditionnels ont été suspendus

Dans le premier signé, le ministre Mahamat Abali Salah, a mis fin aux fonctions de certaines autorités traditionnelles de l'est du pays.

Dans le second arrêté c'est le Sultan du Ouadai qui a été suspendu.

Leur révocation serait liée aux récents affrontements intercommunautaires qui ont causé la mort d'une quarantaine de personnes.

Les affrontements ont eu lieu dans les régions du Ouaddaï et du Sila respectivement à l'est et au sud-est du Tchad.

Les chefs traditionnels de ces localités suspendus de leurs fonctions sont accusés de manquement grave et de laxisme.

Tchad, le pays où les réseaux sociaux sont censurés depuis un an

Bouchra Nassir Ousselat, l'une des rares Tchadiennes dans l'informatique

Mahamat Abali Salah, le ministre de l'administration du territoire et de la gouvernance locale qui a signé les arrêtés a indiqué que des responsabilités sont aussi en train d'être situées du côté de l'administration mais aussi au niveau du dispositif sécuritaire de la région du Ouaddaï et du Sila.

Abali Salah revèle qu'ils se sont rendus compte que les dignitaires mis en cause contribuent très peu au règlement des conflits dans leur localité .

Lire plus