Mauritanie : un conte pour enfants inspire le débat politique

Des députés à l'Assemblée nationale mauritanienne Copyright de l’image Getty Images
Image caption Des députés à l'Assemblée nationale mauritanienne

Un conte mauritanien pour enfants, avec le sanglier comme personnage, est la toile de fond du débat politique dans ce pays d'Afrique de l'Ouest, depuis plusieurs jours.

Selon le site d'information Adrar.info, un député membre du parti au pouvoir est allé jusqu'à comparer le régime du président sortant avec l'animal du conte destiné aux enfants, appelé "ar" en langue arabe.

Des responsables de la majorité présidentielle mauritanienne passent pour le sanglier idéal aux yeux du député. Ils sont comparés au mammifère forestier qui, après avoir "fini de boire", ne trouve pas mieux à faire que de polluer la source, dans le but d'empêcher "ceux qui viendraient après" lui de se désaltérer.

Lire aussi :

Mauritanie : Ghazouani déclaré vainqueur au 1er tour

En Mauritanie, trois quarts des partis dissouts

Copyright de l’image Adrar Info
Image caption Une capture d'écran de l'article du site Adrar.info sur le lien établi par un député entre le sanglier du conte pour enfants et le régime politique mauritanien

La comparaison faite des hommes politiques avec le sanglier - "une créature terrifiante habitant les prairies", selon la présentation faite de l'animal par Adrar.info - a été "censurée par les médias officiels et a provoqué des réactions mitigées" au sein de la classe politique mauritanienne, affirme le site d'information.

Cette comparaison faite devant le parlement mauritanien a été largement relayée sur les réseaux sociaux - comme c'est souvent le cas à l'ère d'Internet. Au grand dam d'une partie des parlementaires et des "médias officiels", lesquels auraient refusé de diffuser les propos du député sur la chaîne du Parlement mauritanien.

Humour ? Ironie ? "Le débat concernant [Ar-Le-Sanglier] fait toujours rage sur les réseaux sociaux et les sites web, où l'image du sanglier et ses histoires anecdotiques ont refait surface", affirme le site d'information mauritanien.

Sur le même sujet