Les paysans malgaches qui essaient de sauver les concombres de mer

Les producteurs de concombres de mer se préparent à relâcher de nouvelles pépinières dans leurs fermes au large de la côte de Tampolove. Copyright de l’image Tommy Trenchard
Image caption Les producteurs de concombres de mer se préparent à relâcher de nouvelles pépinières dans leurs fermes au large de la côte de Tampolove.

Dans une grande partie de l'Extrême-Orient, les concombres de mer sont un mets délicieux, dont les bienfaits présumés pour la santé coûtent cher.

A Tampolove, petit village composé de huttes et de chemins sablonneux, serrés entre la côte et la forêt dans le sud-ouest de Madagascar, les concombres de mer ont donné une impulsion majeure à l'économie locale et à l'enjeu de protection de l'environnement.

Le village abrite la première ferme de concombres de mer du pays.

Il a transformé la vie des gens qui ne gagnent généralement pas plus d'un dollar par jour, tout en aidant à réduire la pression sur les espèces marines.

A lire aussi

Les girafes d'Afrique de l'Ouest sous protection au Niger

Requins et raies d’exception menacés d'extinction

La déforestation ralentit, mais reste préoccupante

Les villageois en eau peu profonde se préparent à relâcher un nouveau lot de concombres de mer juvéniles dans leurs enclos. Copyright de l’image Tommy Trenchard
Image caption Les villageois en eau peu profonde se préparent à relâcher un nouveau lot de concombres de mer juvéniles dans leurs enclos.

Les concombres de mer appartiennent à la famille des échinodermes, avec les étoiles de mer et les oursins, et se présentent sous toutes les formes et tailles.

Ils passent leurs journées enfouis dans le limon, émergent la nuit pour se nourrir, tamisant les sédiments à la recherche de particules, un mode de vie qui fournit un mécanisme de filtration essentiel qui profite à l'écosystème au sens large du terme.

Pourtant, au cours des dernières décennies, la surpêche pour alimenter la demande en Asie a entraîné le déclin des stocks de concombres de mer sauvages dans le monde entier.

Les producteurs de concombres de mer sécurisent les murs de leur enclos Copyright de l’image Tommy Trenchard
Image caption Les producteurs de concombres de mer sécurisent les murs de leur enclos

Les fermes de concombres de mer de Tampolove font partie d'un programme visant à protéger l'environnement et à améliorer les conditions de vie des populations dans cette partie négligée de Madagascar .

En 2004, la communauté locale, avec le soutien d'une ONG britannique, Blue Ventures, s'est réunie pour décider des mesures à prendre face au déclin rapide des stocks de poissons et de poulpes dans leurs eaux côtières.

Ils ont créé une association, composée de représentants de plusieurs villages de cette partie de la côte, dont la responsabilité serait de gérer la pêche et protéger l'environnement.

Ils ont appelé l'aire protégée Velondriake, qui signifie "vivre avec la mer" en langue Vezo.

Environnement: "l'humanité vit à crédit"

Plutôt viande ou légumes ? L'impact climatique de vos aliments

Trafic de bois: le Sénégal exerce un droit de poursuite en Gambie

Les sacs de concombres de mer juvéniles sont acclimatés à la température de l'eau dans la baie des Assassins, avant d'être libérés dans des enclos. Ils seront récoltés à l'âge adulte dans 9 mois. Copyright de l’image Tommy Trenchard
Image caption Les sacs de concombres de mer juvéniles sont acclimatés à la température de l'eau dans la baie des Assassins, avant d'être libérés dans des enclos. Ils seront récoltés à l'âge adulte dans 9 mois.

Les concombres de mer juvéniles sont acclimatés à la température de l'eau dans la baie des Assassins, avant d'être relâchés dans des enclos. Ils seront récoltés à l'âge adulte dans neuf mois.

Un producteur de concombres de mer présente une poignée de concombres de mer juvéniles avant de les relâcher dans un enclos. Copyright de l’image Tommy Trenchard
Image caption Un producteur de concombres de mer présente une poignée de concombres de mer juvéniles avant de les relâcher dans un enclos.

Les villageois ont mis en place plusieurs "zones d'interdiction de pêche" qui sont interdites à toute pêche et ont procédé à plusieurs fermetures temporaires de zones de pêche au poulpe.

Ils ont interdit les filets à mailles fines, la pêche à la dynamite et au cyanure et la coupe des mangroves dans les zones protégées.

Ils ont également déclaré l'interdiction de capturer certaines espèces comme les tortues et les dauphins, et ont établi des restrictions saisonnières pour d'autres espèces.

Petain Xavier Faralahi, 22 ans, travaille comme garde dans les champs de concombres de mer. Copyright de l’image Tommy Trenchard
Image caption Petain Xavier Faralahi, 22 ans, travaille comme garde dans les champs de concombres de mer.

Petain Xavier Faralahi, 22 ans, travaille comme gardien dans les champs de concombres de mer du village de Tampolove.

Il fait des quarts de travail de 12 heures, s'assurant que les précieux concombres de mer ne sont pas volés dans leurs enclos.

Faralahi est fier de son rôle de gardien de 6.000 concombres de mer.

"J'adore mon travail", dit-il.

"Je gagne un revenu et j'aide ma communauté en même temps. Les vols ont beaucoup diminué".

Les producteurs de concombres de mer utilisent des torches pour ramasser les concombres de mer dans leurs enclos. La récolte a toujours lieu la nuit, lorsque les créatures sortent de leur lieu de repos dans le limon. Copyright de l’image Tommy Trenchard
Image caption Les producteurs de concombres de mer utilisent des torches pour ramasser les concombres de mer dans leurs enclos. La récolte a toujours lieu la nuit, lorsque les créatures sortent de leur lieu de repos dans le limon.

La récolte a toujours lieu la nuit, lorsque les créatures sortent de leur lieu de repos dans le limon.

Une femme pèse des concombres de mer Copyright de l’image Tommy Trenchard
Image caption Une femme pèse des concombres de mer

Seuls les concombres de mer pesant plus de 400 g seront récoltés.

Les autres sont "retournés" à la mer.

Seaux de concombres de mer attendant d'être pesés Copyright de l’image Tommy Trenchard
Image caption Seaux de concombres de mer attendant d'être pesés

Vinike Odette, 27 ans, ancienne chasseuse de poulpes, est l'une de celles qui pataugent dans l'eau, le soir de la récolte et qui cultive le concombre de mer (ou "zanga" dans la langue locale) depuis 2010, année du lancement de ce projet.

"Le travail est beaucoup plus facile que la pêche et la pêche à la pieuvre, et je suis très satisfaite du prix ", dit Odette.

"Nous pouvons tous nous permettre d'acheter plus de choses. J'ai acheté beaucoup de choses pour la maison : chaises, assiettes, ustensiles de cuisine, beaucoup de choses."

Photos de Tommy Trenchard et Aurélie Marrier d'Unienville, texte en français Suy Kahofi.

Sur le même sujet