Craintes au sujet d'un journaliste camerounais arrêté pour "propagande"

Samuel Wazizi a été arrêté le vendredi 2 août. Copyright de l’image Samuel Wazizi/Facebook
Image caption Samuel Wazizi a été arrêté le vendredi 2 août.

Un journaliste arrêté dans le sud-ouest du Cameroun il y a dix jours se voit refuser l'accès à un avocat et à sa famille, a déclaré son avocat Edward Lyonga Ewule à la BBC.

Samuel Wazizi, qui travaille pour la chaîne de musique privée CMTV qui présente une émission de télévision, a été arrêté vendredi par la police à Muea, dans l'une des deux provinces anglophones du Cameroun.

Il est accusé de collaborer avec des sécessionnistes qui luttent pour la création d'un Etat indépendant appelé Ambazonia, composé des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.

M. Ewule a déclaré que son client s'était vu initialement refuser la libération sous caution parce que la police avait déclaré que l'affaire était liée au terrorisme.

Lire aussi :

Au Cameroun, un séparatiste fixe les conditions du dialogue

Au Cameroun, le président prêt au dialogue avec les séparatistes anglophones

Après cinq jours, Wazizi a été arrêté par l'armée et depuis, il n'a pas été en mesure de parler à son client, a-t-il dit.

"Je n'ai pas eu accès à lui ; les membres de la famille n'ont pas eu accès à lui. J'y suis allé et on m'a dit que les avocats n'étaient pas autorisés à entrer dans le camp militaire ", a déclaré Randy Joe Sa'ah, journaliste de la BBC Focus on Africa.

M. Ewule a déclaré que son client n'avait pas été formellement inculpé, mais qu'il avait été accusé de propagande séparatiste après que son téléphone eut été fouillé.

Mais le fait d'avoir de telles informations " faisait partie de son métier de journalisme ", a-t-il dit.

A écouter :

Media playback is unsupported on your device
Le cardinal Christian Tumi propose le fédéralisme comme comme sortie de crise au Cameroun.

Selon notre reporter, ce n'est pas la première fois que des journalistes des régions anglophones du Cameroun sont arrêtés pour avoir prétendument des écrits liés aux séparatistes, qui se plaignent d'être marginalisés depuis des décennies par le gouvernement central et la majorité francophone.

"Quand on essaie d'écrire un reportage critique à l'égard du gouvernement, on est considéré comme un ennemi, comme étant du côté des Ambazoniens", a déclaré Meriline Ngwa, une journaliste du Sud-Ouest, à la BBC.