Les chiffres sur la pauvreté au Rwanda ‘manipulés’

Paul Kagamé, président du Rwanda Copyright de l’image Getty Images
Image caption Des dissidents rwandais ont manipulé le Financial Times, selon le journal New Times du Rwanda.

Il est "très probable" que les chiffres relatifs à la pauvreté aient été manipulés au Rwanda, selon le quotidien britannique Financial Times.

La Banque mondiale aurait été alertée par plusieurs de ses employés dès 2015 sur ce fait.

Le miracle économique rwandais a été remis en cause à plusieurs reprises par les universitaires, notamment en 2015, après la publication de statistiques montrant un taux de pauvreté qui avait baissé de six points entre 2011 et 2014.

Deux journalistes du Financial Times ont mené des enquêtes sur cette période spécifique; et selon eux, le taux de pauvreté n'a pas diminué durant cette période mais aurait très probablement augmenté.

A lire aussi:

Des "tontines" pour aider à payer la dot au Rwanda

Le Rwanda licencie 230 policiers pour "faute professionnelle"

Selon les auteurs de l'enquête, les prix ont augmenté beaucoup plus que ce que le Rwanda avait admis dans ses calculs, en particulier dans les zones rurales.

Entre-temps, une inflation plus élevée se traduit aussi par une pauvreté plus grande.

Une source anonyme avait déclaré au journal qu'un consultant basé au Royaume-Uni (Oxford Policy Management) avait été engagé pour effectuer l'analyse de la pauvreté dans le pays.

Mais le gouvernement rwandais avait rejeté ses résultats qui indiquaient que la pauvreté avait augmenté de 6%.

A lire aussi:

Le Rwanda exige des diplômes aux prédicateurs

"A l'approche du référendum constitutionnel de décembre de cette année-là, les fonctionnaires étaient sous pression pour montrer des progrès continus et il n'y avait aucun moyen de tolérer une augmentation indésirable de la pauvreté ", a déclaré la source anonyme au Financial Times.

Un article "enfantin"

Le journal rwandais New Times a qualifié de "fantasme" le rapport du Financial Times qui affirme que les chiffres de la pauvreté dans le pays avaient été manipulés.

Le journal privé pro-gouvernemental a déclaré que l'article qui s'articule autour des chiffres datant d'avant le référendum de 2015, était "enfantin".

L'éditorial du New Times croit que c'est le Financial Times qui est manipulé.

Le journal rwandais reste convaincu que le Financial Times n'a pas eu de sources crédibles car, selon lui, il s'agit des dissidents rwandais et des analystes anti-rwandais qui ont pu remettre en cause les chiffres sur la pauvreté.

Media playback is unsupported on your device
Au Rwanda, la victime qui a pardonné à son boureau

Sur le même sujet