L’Ouganda nie avoir espionné le député Bobi Wine

Bobi Wine accusé d'ennuyer Museveni Copyright de l’image AFP
Image caption Bobi Wine accusé d'ennuyer Museveni

Le gouvernement ougandais a nié les allégations faites dans un rapport du Wall Street Journal selon lesquelles il aurait travaillé avec des techniciens de la société de télécommunications Huawei pour casser les communications cryptées de Bobi Wine, un musicien populaire devenu député.

Il n'y avait aucune preuve dans le rapport que les dirigeants de Huawei en Chine étaient au courant de ce qui se passait en Afrique.

Huawei a qualifié les allégations de "non fondées et inexactes".

Le porte-parole du gouvernement ougandais, Ofowno Opondo, a déclaré à la BBC Focus on Africa TV qu'ils étaient "faux".

A lire aussi

Bobi Wine accusé d'ennuyer Museveni

Bobi Wine candidat à la présidentielle en Ouganda

Bobi Wine interpellé par la police Ougandaise

Vague de sanctions contre les médias en Ouganda

"En Ouganda, nous gérons un système démocratique transparent. Les politiciens de l'opposition parlent ouvertement.... il n'est pas nécessaire d'utiliser des méthodes sournoises pour savoir ce qu'ils disent."

Lorsqu'on lui a reproché que l'Ouganda avait été accusé d'espionnage d'opposants dans le passé, M. Opondo a déclaré :

"Il y aura toujours de mauvaises pommes dans le système".

En 2015, la BBC a rapporté que le gouvernement ougandais a utilisé une technologie de surveillance qui a été déployée pour écraser et potentiellement faire chanter ses opposants.

Le rapport a été rejeté par le gouvernement de l'époque.

Bobi Wine est député depuis deux ans et se présente comme un champion des pauvres et chante la justice sociale et la démocratie.

Il a l'intention de se présenter contre le président Yoweri Museveni lors des élections de 2021.

M. Museveni est au pouvoir depuis 1984 et cherche à obtenir un sixième mandat.

Sur le même sujet