Deux projets de loi pour accélérer les élections en Algérie

Copyright de l’image NurPhoto
Image caption Les mécanismes pour des élections transparentes présentées dans deux projets de loi

Le ministre algérien de la Justice a présenté mercredi au Parlement deux projets de loi visant à accélérer l'organisation de la prochaine présidentielle.

Le premier projet prévoit la création d'une autorité indépendante en charge des élections et le second porte sur la réforme du processus électoral.

L'actuel code électoral est décrié par l'opposition qui estime qu'il donne de larges prérogatives à l'administration durant les élections.

La nouvelle structure électorale, aura pour mission d'organiser, surveiller le processus électoral et superviser toutes ses étapes, depuis la convocation du corps électoral jusqu'à l'annonce des résultats préliminaires sans que le gouvernement ne s'y implique.

Les textes soumis au parlement prévoient aussi le transfert de toutes les prérogatives des autorités publiques en matière électorale à l'autorité indépendante en charge des élections.

Dans ces projets, seule la justice conserve son rôle dans la validation des résultats du scrutin.

En Algérie, Lakhdar Bouragaâ reste en prison

L'Algérie condamnée pour le comportement de ses fans

Les deux projets ont été présentés moins d'une semaine après que le chef d'état-major de l'armée, le général Ahmed Gaïd Salah, ait réclamé que le décret de convocation de l'élection présidentielle soit publié au plus tard le 15 septembre.

Cela permettra, dit-il, à la présidentielle de se tenir avant la fin de l'année.

Le général Ahmed Gaïd Salah refuse toute autre solution de sortie de crise qu'un scrutin présidentiel.

Mercredi, il a déclaré être "absolument certain" que l'élection présidentielle aura lieu dans les délais déterminés.

Pour l'heure, la date de ce scrutin n'est pas encore connue.

Sur le même sujet

Lire plus